Le serpent du titre est un psychopathe froid et manipulateur (Clovis Cornillac) qui s’ingénie à faire de la vie d’un de ses anciens camarades de collège (Yvan Attal) un véritable cauchemar.

Voilà pour le fond. Pour la forme, c’est, après Ne le dis à personne, un nouvel exemple de thriller français réalisé « à l’américaine », en moins réussi toutefois.

Pour faire un bon film de genre, et à fortiori un thriller, il est impératif de maintenir un rythme irréprochable.

Ce n’est hélas pas toujours le cas du film d’Eric Barbier, qui accuse plusieurs baisses sérieuses de tempo.

Il faut dire que le film n’est pas aidé par son scénario, peu réaliste et peu original, donc trop prévisible.

A la décharge du metteur en scène, il se révèle souvent très difficile de rendre crédible ce genre d’histoire, très codifiée et sous influence d’oeuvres existantes. Même Martin Scorcese n’avait pu éviter le ridicule de certaines scènes des Nerfs à Vifs, sur une trame assez similaire.

Restent une réalisation honnête, en dépit de quelques effets de style inutiles, et le jeu des comédiens.

Clovis Cornillac est effectivement reptilien : froid, calculateur, hypnotique, visqueux à souhait, renfermant une haine vengeresse qui explose littéralement par moments. Une belle performance.

Yvan Attal est lui, plus crédible en victime se rebellant pour prendre le psychopathe à son propre jeu qu’en père d’une famille en pleine tourmente conjugale, mais ne s’en tire pas trop mal.

Enfin, de solides seconds rôles (Pierre Richard, Gerald Laroche, Simon Abkarian) complètent le casting.

Au final, ni un navet, ni un chef d’oeuvre, juste un film assez moyen, qui aurait pu être plus venimeux…

Sans vouloir faire ma langue de vipère, bien sûr…

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le serpentLe serpent 
Le serpent

Réalisateur : Eric Barbier
Avec : Yvan Attal, Clovis Cornillac
Origine : France
Genre : Thriller
Durée : 1h59
Date de sortie France : 10/01/2007

Note pour ce film :

contrepoint critique chez : –

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

SHARE
Previous article“Le Violon” de Francisco Vargas
Next article« WWW : What a Wonderful World » de Faouzi Bensaïdi
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY