Fenêtres sur courts – 25ème Festival international du court-métrage – Dijon (Côte d’Or)
– du 31 octobre au 7 novembre 2020 –

Fenetres sur courts 2020Pour lutter contre la COVID-19, Dijon, ça a du bon…
On ne voit pas trop le coronavirus résister aux vapeurs d’un époisses affiné au Marc de Bourgogne, à la puissance de la moutarde de Dijon ou aux liquides hydroalcooliques millésimés qui ne se mettent pas sur les mains (ce serait gâcher…) mais dans le gosier (mais sans masque du coup…). Et puis, il y a possibilité d’aérer en ouvrant les Fenêtres… sur courts.

Oui, malgré la crise sanitaire, ce sympathique festival du court-métrage Fenêtres sur court fêtera son quart de siècle, avec des conditions d’accueil adaptées à la situation (là, on ne plaisante plus).
Au programme, les habituelles sections compétitives :

  • Compétition Francophone « Humour et Comédie »
  • Compétition Régionale
  • Compétition Européenne
  • Compétition Internationale films de genre

Voir le détail des programmes

Mais aussi des pépites du court-métrage d’animation, avec une “Nuit de l’animation” qui propose pas moins de 21 films dans une grande palette de styles graphiques et des univers extrêmement variés. (Voir le détail du programme)
 
Pour les enfants, le festival propose le “Minot ‘animé”, qui allie courts-métrages d’animation et ateliers plastiques dans le cadre de la Minoterie. (Voir le détail du programme)

Chaque année, Fenêtres sur courts met un pays à l’honneur. En 2020, c’est le Portugal qui aura droit à sa soirée, dédiée au travail de réalisatrices lusitaniennes. (Voir le détail du programme)

Enfin, le festival propose d’assister à des rencontres professionnelles avec des réalisateurs, des scénaristes, des producteurs ou des acteurs. ces rencontres permettent aux professionnels du cinéma d’échanger avec le public, mais aussi de débattre entre eux de leurs expérience et de leur passion commune pour le 7ème Art en format court. Cette année, une table ronde aura lieu autour des enjeux d’une collaboration artistique réussie et une journée d’étude sera organisée pour réfléchir à la place des femmes dans l’industrie cinématographique.

Bref, si vous êtes dans le secteur pour la Toussaint, n’hésitez pas à aller y faire un court… euh, un tour!

Informations et billets : Fenêtres sur courts

SHARE
Previous article[Venise 2020] “The Wasteland” d’Ahmad Bahrami
Next article[Namur 2020] “1982” de Oualid Mouaness
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY