Joker - sl

Compétition Officielle :
Lion d’Or : Joker
de Todd Philipps (Etats-Unis)
Grand Prix du Jury : J’accuse
de Roman Polanski (France)
Lion d’Argent du Meilleur Réalisateur : Roy Andersson
pour About endlessness (Suède)
Coupe Volpi de la Meilleure Actrice : Ariane Ascaride
pour Gloria Mundi (France)
Coupe Volpi du Meilleur Acteur : Luca Marinelli
pour Martin Eden (Italie)
Lion d’Argent du scénario : Yonfan
pour N°7, Cherry Lane (Hong-Kong)
Prix Marcello Mastroianni
du Meilleur Espoir :
Toby Wallace 
pour Babyteeth (Australie)
Prix spécial du Jury : La Mafia non è piu quella di una volta
de Franco Maresco (Italie)
Orizzonti
Orizzonti – Meilleur film : Atlantis
de Valentyn Vasyanovych (Ukraine)
Orizzonti – Meilleur réalisateur : Théo Court
pour Blanco en blanco (Chili)
Orizzonti – Prix special du Jury : Verdict
de Raymund Ribay Gutierrez (Philippines)
Orizzonti – Meilleure Actrice : Marta Nieto
pour Madre (Espagne)
Orizzonti – Meilleur Acteur : Sami Bouajila
pour Un fils (Algérie)
Orizzonti – Meilleur scénario : Jessica Palud, Philippe Lioret, Diastème
pour Revenir (France)
Orizzonti – Meilleur court-métrage : Darling
de Saim Sadiq (Pakistan)
Premier Film / Prix Luigi De Laurentiis
Meilleur premier film
Prix Luigi de Laurentiis :
You will die at 20
de Amjad Abu Alala (Soudan)
Venice VR
VR – Meilleur film VR : The Key
de Céline Tricard (France)
VR – Meilleur scénario pour film linéaire : Daughters of Chibok
de Joel Kachi Benson (Nigeria)
VR – Meilleure expérience immersive VR : A Linha
de Ricardo Laganaro (Brésil)
Venezia Classici
Venezia Classici
Meilleure restauration :
Extase
de Gustav Machaty (Tchécoslovaquie)
Venezia Classici
Meilleur documentaire sur le cinéma :
Babenco – Tell me when I die
de Barbara Paz (Brésil)
Autres prix de prestige
Prix Campari Passion for film : Luca Bigazzi
Prix Jaeger-Lecoultre
Glory to the filmmaker :
Costa-Gavras
Lion d’Or pour leur carrière : Julie Andrews
Pedro Almodovar
SHARE
Previous article[Mostra de Venise 2019] “A Herdade” de Tiago Guedes
Next article[Mostra de Venise 2019] “The Burnt orange heresy” de Giuseppe Capotondi
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY