4ème Paris International Fantastic Film Festival – Paris (9ème)
– du 18 au 23 novembre 2014 – 

PIFFF 2014Driiiiiiiing…
– Commissariat du 9ème arrondissement, j’écoute…
– Oui, bonjour. Je vous appelle pour vous dire qu’il y a des monstres qui attaquent le Gaumont Opéra.
– Hum… Oui… euh… Je… Ne quittez pas s’il-vous-plaît… Chef, chef, il y a un drôle de type au bout du fil. Il parle d’un fantôme de l’Opéra, ou d’un monstre. Quelque chose comme ça… Je n’ai rien compris…
– Ah, laissez mon p’tit Roger, je vais prendre l’appel… Allo? Monsieur Pifff, je présume… Quel bon vent vous amène, cette fois? Non! Laissez-moi deviner… L’an dernier, vous m’aviez parlé d’un loup-garou à Notre-Dame, de vampires, de pom-pom goules, d’un tueur en série australien et de sorcières indépendantistes basques, sans oublier un super-héros avec un slip sur la tête… Cette année, c’est quoi? Frankenstein en bateau-mouche? L’homme invisible aux Galeries Lafayette? Le blob des Buttes-Chaumont?
– Non, apparemment, il y a des zombies à la Bastille…
– Mmmm… D’accord… Dites, vous avez bien pris vos petites pilules rouges?
– Si, si, je vous jure… Et puis il y a des extraterrestres, des tueurs en série, des yakuzas, des psychopathes, des démons. Et une c ohorte de réalisateurs de courts métrages. Je crois que ce sont des pires car ils sont possédés par le démon du cinéma fantastique.
– Oui, bon, arrêtez votre cinéma. On a compris que vous allez faire le plein de frissons au Parisse Internachioneule Film Festivole. Allez, au revoir. Bonne journée! (tût… tût… tût…)
– Allo ? Allo ? ! ? Mais il y a vraiment un zombie, là. Aaaah! Aaarrgh

Informations : PIFFF

SHARE
Previous article“Quand vient la nuit” de Michaël R. Roskam
Next articlePIFFF 2014 – Le Palmarès
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY