Parce qu’il n’y a pas que le cinéma dans la vie – ni sur ce site, d’ailleurs – profitons que le taulier soit parti siffler des grands crus à Beaune et parlons encore une fois de bande dessinée :

Critique du Salon de thé de l’Ours Malais, de David Rubin, paru il y a quelques jours chez Rackham.

SHARE
Previous articleBeaune 2011, Jour 1 : Les braquages sanglants de Vallenzasca et les vins travaux d’Hercule
Next articleBeaune 2011, Jour 2 : voyage autour du monde
Avatar
PaKa est un grand amateur et consommateur de bandes-dessinées, qui s’intéresse également à tout ce qui a trait à la culture et à la « contre-culture ». La culture « geek » si vous préférez… Fort logiquement, il aime les mangas, les comics books et les petites BD de derrière les fagots que personne ne connaît, mais qui sont de petits bijoux… Evidemment, il aime aussi le cinéma. Ses péchés mignons ? : les oeuvres complètes de Tim Burton et les films de super-héros. Il voue un culte maladif à Spider-man, et a tendance à se prendre pour lui, escaladant les murs à mains nues ou en allant cogner des bacs à sables susceptibles d’abriter Sandman, son ennemi juré. Bon pour l’asile? Lui préférerait pour l’Asie, où il adore voyager de façon totalement aventureuse… Entre deux voyages et l’éducation de ses deux cinéphiles en herbe (dont un est intime avec Buzz l’éclair…), il prend le temps d’écrire pour Angle[s] de vue quelques belles chroniques dont il a le secret, comme à la grande époque de son blog tout vert, aujourd’hui inactif (sniff…), et surtout, il gère admirablement La Rubrique-à-brac, notre annexe dédiée au 9ème art...

LEAVE A REPLY