35ème Festival International du Film Francophone – Namur (Belgique)
– du 02 au 09 Octobre 2020 –

FIFF Namur 2020Si les six derniers mois ont été compliqués pour le septième art, avec l’annulation de nombreuses manifestations et des sorties cinéma repoussées, la rentrée nous apporte un peu d’oxygène, un second souffle pour les salles obscures, mais aussi pour les artistes. Après de belles éditions du Festival d’Angoulême et du Film Américain de Deauville, où ont été présentés plusieurs films estampillés Cannes 2020, un très bon cru de la Mostra de Venise, avec de vraies leçons de mise en scène, d’autres festivals vont pouvoir accueillir du public, avec les précautions sanitaires d’usage.
C’est le cas du Festival International du Film Francophone de Namur, qui fêtera ses 35 ans début octobre.

Au programme, une compétition officielle de treize longs-métrages venus de France, de Belgique, de Suisse, du Québec, de Roumanie, du Liban ou de Côte d’Ivoire
Parmi ceux-ci, Adieu les cons d’Albert Dupontel, Slalom de Charlène Favier, Josep, le film d’animation d’Aurel, 1982, du Libanais Oualid Mouaness, avec Nadine Labaki, La Nuit des rois de Philippe Lacôte, La 3ème guerre de Giovanni Aloï, Vaurien de Peter Dourountzis ou La Déesse des mouches à feu d’Anaïs Barbeau-Lavalette. Un jury présidé par le réalisateur Samuel Benchetrit sera chargé de départager les films et remettre les prix mis en jeu, dont le Bayard d’Or du Meilleur Film.

Les vingt-et-un courts-métrages sélectionnés auront leur propre compétition, arbitrée par un jury dirigé par la réalisatrice Belge Fien Troch.

En ouverture, les festivaliers auront l’occasion de découvrir Une vie démente, le premier long des cinéastes Belges Raphaël Balboni et Ann Siro. C’est Kad Merad qui fera la clôture avec Un triomphe, d’Emmanuel Courcol.
Ils auront aussi la possibilité de découvrir quelques “pépites”, comme Calamity, le film d’animation de Rémi Chayé, L’Enfant rêvé de Raphaël Jacoulot, Miss de Ruben Alves, Petit vampire  de Joann Sfar ou L’Origine du monde de Laurent Lafitte, et une sélection de longs-métrages Belges remarqués dans d’autres festivals, comme Jumbo de Zoé Wittock, avec Noémie Merlant, Pompéi d’Anna Falguères et John Shank,

Et ce n’est pas tout! Il y a une sélection de documentaires belges, parmi lesquels Ailleurs, partout d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter. A côté des films francophones, le festival offrira un espace pour quelques courts-métrages Flamands. Et à côté des films, longs et courts, le festival s’intéresse aussi aux séries, avec la projection des premiers épisodes de Dix pour cent, saison 4 et Invisible, la nouvelle série fantastique de la RTBF. 

Enfin, le festival offrira aussi une carte blanche au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, avec la projection du film de zombies Belge, Yummy de Lars Damoiseaux (Oui, les zombis grognent en français… C’est pour ça que les Français sont réputés râleurs…).

Un beau programme qui devrait satisfaire petits et grands, amateurs d’émotions grand écran, sous toutes leurs formes.

Pour plus d’informations : Site du FIFF de Namur

Visuel affiche : Cécile Van Caillie
Credit Photo : copyrigtht FIFF Namur – Andy Tierce

SHARE
Previous article“Lux Æterna” de Gaspar Noé
Next article[Venise 2020] “The Wasteland” d’Ahmad Bahrami
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY