2ème Festival du Film Musical – Suresnes (92)
– du 28 janvier au 2 février 2020 –

Festival du film musical“Ciné qui danse, ciné qui chante, cinéma ta bonne humeur m’enchante”… Dans Trois places pour le 26, Yves Montand clamait son amour pour le cinéma musical sous toutes ses formes, des grands classiques hollywoodiens aux films en-chantés de Jacques Demy et essayait de transmettre un peu de cette passion aux spectateurs.
C’est aussi le pari tenté par le Festival du Film Musical de Suresnes, qui cherche à montrer toute la diversité du genre en faisant découvrir ou redécouvrir certaines pépites à un public de tout âge. L’an dernier, l’initiative avait plutôt bien fonctionné, en attirant plus de 1000 spectateurs dans les salles du cinéma de la ville, Le Capitole. Aussi, les organisateurs entendent bien confirmer avec une seconde édition encore plus étincelante, riche en films, en animations et en évènements.  et riche en évènements.

Pour commencer, le festival s’ouvrira avec l’avant-première du biopic consacré à Judy Garland, Judy de Rupert Goold, ainsi qu’une performance du célèbre violoniste Nicolas Dautricourt, accompagné au piano de Dominique Le Guern.
Il continuera avec une séance pour les plus jeunes (ou les adultes restés des enfants dans l’âme, ou encore les amateurs de chats chantants) autour du classique de Disney, Les Aristochats, puis la projection des films Un Américain à Paris de Vincente Minnelli et Dirty dancing d’Emile Ardolino, deux classiques du genre, chacun dans son “espace vital”.

Autre ambiance avec une soirée Bollywood, autour du film Bajirao Mastani, de Sanjay Leela Bhansali. Durant l’entracte, les spectateurs pourront apprécier une animation des danseuses de Lorena Lopez, professeur de danse au Conservatoire de Suresnes, et se restaurer avec les plats du restaurant Indien Le Taj Mahal.

Le voyage se poursuivra avec un passage à Liverpool, sur les traces des Beatles, avec une conférence de Pierre Espourteille, spécialiste des “Fab Four”, qui révèlera une multitude d’anecdotes et  de secrets sur l’un des quatuors les plus célèbres de l’histoire du rock, puis les projections de A Hard Day’s Night de Richard Lester et Yesterday de Danny Boyle. Puis destination les îles grecques (pour le décor) et la Suède (pour la musique, avec les tubes du groupe ABBA)  avec un ciné-karaoké autour de Mamma mia! de Phyllida Lloyd (et tant pis si le public chante faux, cela ne peut pas être pire que Pierce Brosnan dans le film…).

Le festival proposera aussi quelques ciné-goûters, un atelier d’éveil musical avant la projection du film Le Criquet de Zdenek Miller.
Puisqu’il s’est ouvert avec le biopic de Judy Garland, il se terminera en rendant hommage à l’icône du film musical hollywoodien avecla diffusion de l’un de ses plus grands succès,  Le Magicien d’Oz de Victor Fleming.
Et pour finir en beauté, le Festival du Film Musical nous envoûtera avec Aretha Franklin et le documentaire Amazing Grace.

Un programme alléchant, qui devrait offrir de belles occasions de chanter, danser et de s’émerveiller en grand écran, à des prix très accessibles (5,50 € pour les adultes, moins de 5€ pour la place enfant).
“Mamma mia! Here we go again!”

Pour plus de renseignements et le programme détaillé:
http://cinema-lecapitole.com/
https://www.suresnes.fr/festival-du-film-musical/

SHARE
Previous articleDécès de Marie-Martine Enjalbert, figure de la Cinéphilie Française
Next article92ème Cérémonie des Oscars, le palmarès complet
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY