Il est toujours difficile d’éviter les préjugés dans une affaire comme celle-ci. Et un préjugé, quoi qu’on en dise, obscurcit toujours la vérité.
Je ne sais pas vraiment quelle est la vérité. Et je ne pense pas que quelqu’un puise jamais la connaître vraiment.
Neuf d’entre nous semblent maintenant estimer que le défendeur est innocent, mais nous jouons juste sur des probabilités – Nous pouvons avoir tort. Nous pouvons très bien être en train d’essayer de faire acquitter un coupable. Je ne le sais pas… Personne ne peut vraiment savoir…
Mais nous avons un doute raisonnable et c’est quelque chose qui compte dans notre système judiciaire. Aucun jury ne peut déclarer un homme coupable à moins qu’il ne soit certain de sa culpabilité.
Nous, les neuf autres jurés, ne comprenons pas comment vous trois pouvez-toujours être aussi sûrs de votre jugement.
Peut-être pouvez-vous nous expliquer…

12 hommes en colère

          Henry Fonda dans 12 hommes en colère de Sidney Lumet

SHARE
Previous articleAttica! Attica! Attica!
Next article“Essential killing” de Jerzy Skolimowski
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY