57ème Semaine de La Critique – Cannes (Alpes-Maritimes)
– du 09 au 17 mai 2018 –

SIC 2018Pour finir notre panorama des sélections cannoises, étudions celle de la Semaine de La Critique, qui, fidèle à son habitude, met en avant le travail de jeunes cinéastes.
La quasi-totalité des oeuvres présentées sont des premiers films concourant pour la très convoitée Caméra d’Or.
C’est Wildlife qui ouvrira la semaine. Il s’agit de la première réalisation de l’acteur Paul Dano, aperçu, entres autres, dans There will be blood de Paul Thomas Anderson.
La clôture, elle, sera assurée par Alex Lutz, qui viendra présenter Guy, son second long-métrage.
Comme La Quinzaine des Réalisateurs, la sélection comporte plusieurs programmes de courts-métrages. La Semaine de la Critique continue par ailleurs son partenariat avec le Festival de Morelia en lui offrant sa traditionnelle carte blanche.

OUVERTURE

Wildlife de Paul Dano (Film d’ouverture)

COMPETITION LONGS-METRAGES

Chris the Swiss d’Anja Kofmel

Diamantino de Gabriel Abrantes & Daniel Schmidt

Egy Nap de Zsófia Szilágyi

Fuga d’Agnieszka Smoczyńska

Kona fer í stríð (Woman at War) de Benedikt Erlingsson

Sauvage de Camille Vidal-Naquet

Sir (Monsieur) de Rohena Gera

SEANCES SPECIALES

Nos batailles de Guillaume Senez

Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin

La chute de Boris Labbé

Third Kind de Yorgos Zois

Ultra Pulpe de Bertrand Mandico

 

COMPETITION COURTS METRAGES

Amor, avenidas novas de Duarte Coimbra

Ektoras Malo : I teleftea mera tis chronias (Hector Malot: The Last Day of the Year) de Jacqueline Lentzou

Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet

La persistente de Camille Lugan

Mo-Bum-Shi-Min (Exemplary Citizen) de Kim Cheol Hwi

Rapaz (Raptor/Rapace) de Felipe Gálvez

Schächer de Flurin Giger

Tiikeri (The Tiger le tigre) de Mikko Myllylahti

Un jour de mariage (A Wedding Day) d’Elias Belkeddar

Ya normalniy (Normal) de Michael Borodin

CLOTURE

Guy d’Alex Lutz

SHARE
Previous article[Cannes 2018] La Quinzaine des réalisateurs fête ses 50 ans
Next article[Cannes 2018] “Everybody knows” d’Asghar Farhadi
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY