2ème Festival Lumière – Lyon (69)
du 04 au 10 octobre 2010 –

Lumière 2010 Nombreux sont ceux qui ont développé leur cinéphilie non pas en salle, mais en découvrant de grands classiques à la télévision ou en vidéo (VHS pour les plus vieux, DVD et Blu-Ray pour les plus jeunes), souvent parce que c’était le seul moyen d’accès à des oeuvres plus disponibles en copie 35mm, ou en état trop médiocre pour être décemment projetées à un public…
Mais le cinéma, c’est avant tout de l’émotion sur grand écran, et il est toujours bon de pouvoir découvrir ou redécouvrir des chefs-d’oeuvres du 7ème art en salle.
La Cinémathèque française propose bien sûr, tout au long de l’année, l’opportunité de découvrir de nombreux trésors cinématographiques, tout comme de nombreux festivals. On a tendance à l’oublier, mais le festival de Cannes lui-même présente chaque année une impressionnante collection de classiques restaurés, hélas éclipsée par l’agitation autour de la compétition officielle.
C’est peut-être ce qui a poussé Thierry Frémaux, le sémillant responsable de la grand messe cannoise, a lancer, dans la ville de Lyon, berceau du cinématographe, un festival dédié aux vieux classiques, proposant rétrospectives, intégrales et oeuvres restaurées : le festival Lumière.

L’an passé, la première édition du festival avait créé l’évènement avec son invité d’honneur, Clint Eastwood, la réédition des oeuvres de Sergio Leone, et une programmation très riche en grands films, présentés par des artistes renommés.

Fort de son succès, le festival revient pour une deuxième année, mettant cette fois à l’honneur le cinéaste Milos Forman, qui recevra un prix pour l’ensemble de son oeuvre. 14 de ses films seront montrés au cours du festival

120X160_PRIX LUMIERE.indd

Autre cinéaste à l’honneur, Luchino Visconti, dont Le Guépard sera présenté en clôture du festival, dans une version restaurée et en présence de Claudia Cardinale.
12 autres films – et autant d’oeuvres majeures – seront présentées lors du festival.

A découvrir également, l’oeuvre d’un cinéaste français un peu oublié, Raymond Bernard, pourtant l’un de nos cinéastes ayant le mieux réussi le passage du cinéma muet au cinéma parlant, une sélection de raretés américaines des années 1970 (les incontournables Five easy pieces et Point limite zéro, mais aussi Mélodie pour un tueur qui, si je ne dis pas de bêtise, a inspiré à Jacques Audiard De battre mon coeur s’est arrêté), une rétrospective Dario Argento (le maître du giallo viendra en personne présenter deux de ses films  au public) et un ciné-concert autour du Caméraman de Buster Keaton…
Plus plein de films plus ou moins anciens, présentés dans de belles copies neuves…  

A noter que chaque séance – ou presque – est animée soit par l’équipe du film, soit par une personnalité (acteur, cinéaste, écrivain, critique,…) ayant aimé le film présenté. La liste est trop longue pour être citée ici, mais cette manifestation promet, une fois encore, de belles rencontres…

Nous annonçons ce festival un peu tardivement, vu qu’il a ouvert ses portes ce soir, avec la projection de Chantons sous la pluie, en présence de Stanley Donen, s’il-vous-plaît ! Mais si vous avez la chance d’habiter Lyon ou sa région, allez donc jeter un coup d’oeil à la programmation. Nul doute que vous trouverez sans peine de quoi aiguiser vos appétits de cinéma…

singing in the rain

Les lieux du festival :

Tous les films de la programmation sont projetés dans l’une des quatre salles permanentes du festival (Institut Lumière, Pathé Bellecour, Cinéma Comœdia, CNP Terreaux), dans le centre de Lyon.

Toute la semaine, les films sont également projetés dans les autres salles partenaires du festival (7 salles dans Lyon, 23 dans le Grand Lyon). 

Une série d’événements dans d’autres lieux (Halle Tony Garnier, Amphithéâtre – Centre de Congrès, l’Auditorium de Lyon, Gadagne Musées, grilles de l’hôtel du Département…) viendront ponctuer cette semaine.

A côté de ces salles, notons la misse en place d’un Village de jour, pour se donner rendez-vous et acheter les billets pour les séances, faire du shopping dans une librairie du cinéma, une boutique de dvd de films classiques, ou manger un morceau… et d’un Village de nuit (péniche La Plateforme), sur les berges du Rhône, pour les noctambules et tous ceux qui veulent que le festival vive la nuit.

Renseignements & programme : Festival Lumière

____________________________________________________________________________________________

SHARE
Previous articleEco-hypocrisie et inconscience durable
Next articleCycle David Lynch à la Cinémathèque Française
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY