L’Etrange Festival 20ème édition – Paris (1er)
– du 04 au 14 septembre 2014 –  

Etrange 2014Si le Festival du Film Américain fête ses 40 ans, l’Etrange Festival Paris célèbre au même moment ses 20 ans d’existence, avec un programme non moins alléchant, mais probablement bien plus déjanté.
Marjane Satrapi fera l’ouverture avec son premier film américain, The Voices, une comédie horrifique dans lequel un type, impliqué dans la mort accidentelle de sa belle collègue, discute avec ses animaux de compagnie, un bon toutou affable et un chat méchant et manipulateur – comme notre Scaramouche, quoi… – de la suite des évènements. Vincent Paronnaud alias Winshluss, son habituel comparse présentera, lui, son nouveau court-métrage, Smart monkeys.

Le programme proposera bon nombre d’inédits et d’avants premières, parmi lesquels Rampage 2 d’Uwe Boll, le “plus mauvais cinéaste du monde”, NDE le nouveau Kervern & Delépine, Pierrot lunaire de Bruce LaBruce, et bien d’autres encore.

La compétition officielle long-métrage verra s’affronter de sacrés clients et devrait donner quelques migraines à ceux qui sont chargés de les départager. Entre un jubilatoire thriller coréen (A Hard day),  un film fantastique intelligent (It follows), une relecture barrée des Tueurs de la lune de miel (Alléluia de Fabrice du Weltz), les nouveaux délires de Sono Sion (Tokyo tribe), Takashi Miike (Over your dead body) et des frères Mo (Killers), les tribulations d’un vampire iranien (A girl walks alone at night), qui l’emportera? On mettrait bien une pièce sur The Tribe, le film ukrainien qui a enthousiasmé la Semaine de la Critique lors du dernier festival de Cannes. Et deux sur le formidable White God de Kornel Mundruczo, une fable fantastique au message politique fort.  
Il y aura aussi, comme d’habitude, une compétition de courts-métrages assez copieuse pour satisfaire les appétits d’ogres cinéphiles dévoreurs d’images étranges.

Trois cartes blanches seront accordées à des personnalités :
Jacques Audiard viendra parler des Tueurs de la lune de miel, justement, de Mondo Cane, de Chercheuses d’or 1933 – un chef d’oeuvre dont l’argument étrange tient probablement aux ballets oniriques signés Busby Berkeley, ainsi que d’un porno gay étrange des années 1970, New York City Inferno.
Sono Sion, le cinéaste barré, auteur de Guilty of romance, Why don’t you play in hell ou Coldfish, va surprendre son monde en présentant des films très softs (Babe 2 : un cochon dans la ville) ou des classiques européens (Le secret de Veronika Voss) et américains (French connection).
Quant au cinéaste Godfrey Reggio, il présentera des films un peu plus expérimentaux (Le manuscrit trouvé à Saragosse de Wojciech Has, La Couleur de la Grenade de Sergueï Paradjanov), aux côtés de classiques américains (L’Epouvantail, Cops!, …).

Serge Bromberg promet de “péter les plombs” avec une séance spéciale de “Retour de flamme” et des courts de Charley Bowers, Emile Cohl ou Robert Florey.  Et un ciné-concert proposera le Carnival of souls de Herk Harvey accompagné d’une bande-son signée The Pere Ubu film group.

Enfin, anniversaire oblige, le festival offrira aux spectateurs une sélection de 20 films ayant marqué l’histoire de ce festival. L’occasion de voir ou revoir des pépites telles que Hic, un polar rural expérimental hongrois, L’île de Kim Ki-duk, Tetsuo de Shinya Tsukamoto, Dead or Alive de Takashi Miike,…

Si vous habitez la région parisienne et que vous n’allez ni à Deauville, ni à Venise, laissez-vous tenter par une petite virée à l’Etrange Festival. Il y a toujours des belles découvertes à y faire et l’ambiance est fort sympathique. Ce n’est pas pour rien que ce “petit” festival a su s’installer sur la durée pour fêter son vingtième anniversaire. On lui souhaite une longue vie, et même l’immortalité, comme les vampires, zombies et autres créatures surnaturelles qui peuplent les oeuvres qu’il propose!

Renseignements :   L’Etrange Festival

SHARE
Previous articleLe Festival du Film Américain fête ses 40 ans
Next article“Sils Maria” d’Olivier Assayas
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY