15ème Festival du Film Asiatique – Deauville (14)
– du 06 au 10 mars 2013 –

Deauville Asia 201315ème clap pour le Festival du film Asiatique de Deauville, manifestation qui continue de nous proposer, année après année, un aperçu de la production du continent asiatique, dans toute sa diversité.
Comme d’habitude, un jury de professionnels devra départager les neuf films en compétition, venus de Chine, de Corée du Sud, d’Inde, d’Iran, du Japon, de Malaisie, des Philippines, et de Thaïlande. C’est à Jérôme Clément et à sa bande de jurés, composée d’Evelyne Bouix, Julie Gayet, Marcela Iacub, Géraldine Maillet, Djamel Bensalah, Michel Leclerc et Atiq Rahimi, que reviendra cette lourde tâche.
Petite nouveauté cette année, le public aura voix au chapitre avec la création d’un “Prix du Public” récompensant le film-chouchou des festivaliers.

Autre nouveauté, qui fait grincer quelques dents du côté des amateurs de films d’action, la disparition de la section “Action Asia”. Les organisateurs assurent que les amateurs de polars hard-boiled, de films de sabres et autres démonstrations d’arts martiaux auront leur compte d’émotions fortes, soit par le biais de la compétition officielle, soit par le biais de la programmation hors-compétition, qui comporte notamment le dernier Tsui Hark, Dragon gate, la légende des sabres volants, The Thieves, un succédané coréen de Ocean’s eleven, un film d’animation – Bouddha, the great departure – ou encore le film en deux parties de Kiyoshi Kurosawa, Shokuzai.

Et pour ceux qui préfèrent le cinéma d’Art & Essai au cinéma de genre, il y a aussi de quoi se faire plaisir avec, excusez du peu, les nouveaux films de Kim Ki-Duk (Pieta, primé à Venise l’an passé), Brillante Mendoza (Thy womb), Apichatpong Weerasethakul (Mekong hotel) et Chen Kaige (Caught in the web).
Alors, elle est pas belle, la vie?

Enfin, cerise sur le gâteau, le festival rendra hommage, en leur présence, à deux immenses cinéastes asiatiques.

D’une part, le japonais Sono Sion, déjà auréolé à Deauville de deux prix de la presse internationale consécutifs (pour Cold fish et  Himizu) qui viendra présenter son nouveau film, The Land of hope, ainsi qu’une rétrospective de ses films les moins connus.  Il donnera aussi une masterclass qui promet d’être passionnante, l’homme étant l’un des cinéastes les plus créatifs de l’Empire du Soleil Levant…

D’autre part, le hongkongais Wong Kar-Waï, réalisateur du magnifique In the mood for love, et des non moins superbes As tears go by, Chungking Express, 2046. Des films qui seront projetés dans le cadre de la rétrospective qui lui est consacrée. Le réalisateur viendra présenter son nouveau long-métrage, The Grandmaster.

Au vu des noms évoqués et de la réputation qui précède certains des films présentés, ce cru 2013 devrait logiquement être de très bonne tenue. Comment en juger? En y allant, tout simplement… Ou en suivant nos chroniques puisque, comme l’an passé, Angle[s] de vue sera sur place pour couvrir l’évènement et vous en faire le compte-rendu le plus détaillé possible.

Alors, à très bientôt pour la découverte de cette 15ème édition de Deauville Asia.

Pour plus d’informations :  Deauville Asia

FR-LOGO-FFA2013-ROUGE

SHARE
Previous articleEntretien avec Ivano De Matteo pour “Les Equilibristes”
Next articleDeauville Asia 2013, Jour 1 : Nuits agitées au Pays du Matin Calme
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY