Le PasséAprès le succès de son précédent film,  Une séparation, Asghar Farhadi revient pour nous parler d’une… séparation, justement. Ou plutôt de ce qui se passe après, quand les ex-conjoints doivent se délester du poids de ce passé avant de pouvoir refaire leur vie avec d’autres.

Marie (Bérénice Béjo) a rencontré Samir (Tahar Rahim) et veut vivre avec lui, mais leur relation se heurte à de nombreux écueils.
Il y a déjà le problème des enfants. Les filles de Marie, Lea et Lucie ont déjà assisté au départ de leur père, puis d’un deuxième conjoint, et ne sont pas emballées à l’idée de voir leur mère tomber à nouveau amoureuse. Le fils de Samir, Fouad, a lui aussi du mal à accepter la situation. Il ne se sent pas chez lui dans cette nouvelle maison.
Il y a aussi le problème des liens matrimoniaux qui les unissent encore à leurs anciens conjoints. Marie demande donc à Ahmad (Ali Mosaffa), son ancien mari iranien, de revenir en France pour officialiser leur divorce. Pour Samir, la situation est plus compliquée, vu que sa femme est dans le coma depuis de longs mois, après une tentative de suicide ratée. 
Et puis il y a aussi tous les mensonges et les non-dits qui entourent leurs histoires, les regrets, les frustrations, les malentendus.
 
Ainsi résumé, le récit a l’air très simple, et déjà vu mille fois sur grand écran. Mais Asghar Farhadi a déjà prouvé qu’il était un très grand conteur. Son scénario, mécanique d’une précision parfaite, révèle ses subtilités peu à peu, apportant un éclairage nouveau sur les évènements au coeur de l’intrigue et permettant d’explorer toutes les facettes des personnages. 
Le cinéaste parvient en effet à restituer à l’écran toute la complexité des sentiments humains. Il ne porte jamais de jugement sur ses protagonistes, mais les décrit tels qu’ils sont, imparfaits, agaçants parfois, mais attachants, bardés de qualités et de défauts, capables d’accès de colère ou de tendresse, de jalousie ou de compassion. Des êtres qui vibrent, qui aiment, qui haïssent avec passion. Des êtres qui souffrent mais qui essaient de s’accrocher à la vie, vaille que vaille. 
Tous ont une fonction dans le récit. Ils le font progresser, l’enrichissent de nouvelles possibilités narratives et thématiques. C’est pourquoi Asghar Farhadi veille à apporter à chacun d’entre eux une attention toute particulière. Cet équilibre entre les différentes composantes du récit, entre les différents personnages, adultes ou enfants, constitue la grande force du film.

Le passe - 3

Les comédiens font le reste…
Evidemment, avec des acteurs aussi justes que Bérénice Béjo, Tahar Rahim et Ali Mosaffa, on n’avait peu de doutes sur la réussite de ce projet artistique. Mais le talent, parfois, ne suffit pas, il faut aussi créer une alchimie de jeu, et c’est au metteur en scène qu’incombe cette tâche. Ici, la complémentarité des acteurs est indéniable. Et le talent de directeur d’acteurs d’Asghar Farhadi est également perceptible dans son travail avec les acteurs moins connus, et notamment les enfants. On n’est pas près d’oublier le regard plein de tristesse et de rage du petit Elyes Aguis, ni celui de Pauline Burlet, qui joue la fille aînée de Marie.
Tous sont magnifiques et bouleversants.

Le seul bémol que l’on pourrait apporter à l’éclatante maîtrise de ce film est qu’il est peut-être légèrement inférieur, thématiquement parlant, à Une séparation ou A propos d’Ely. Parce qu’il a été tourné en France, dans un contexte évidemment moins complexe que celui de la société iranienne contemporaine, qui servait de toile de fond aux précédents films du cinéaste.

Mais cela n’enlève rien aux qualités de ce très beau film, tout à fait au niveau de ce que l’on attend d’une oeuvre présentée en compétition officielle à Cannes.
En tout cas, Le Passé est une réussite de plus à mettre au crédit d’Asghar Farhadi, qui, en dix ans et six films, n’a pour l’instant commis aucune erreur de parcours…

Notre note : ●●●●●●

Cannes bandeau header

SHARE
Previous article[Cannes 2013] Après la séance…
Next articleCannes 2013, Jour 2 : Douches froides et débats orageux
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

1 COMMENT

  1. Bonsoir, j’ai moi aussi bien apprécié ce film mais pas autant que les précédents de Farhadi. J’ai été gênée par deux choses importantes: le personnage de Marie m’a beaucoup crispée avec ses atermoiements, on a envie de lui dire de se calmer et il y a trop de retournements de situation à la fin avec une révélation après l’autre. Mais le film est voir. Bonne soirée.

LEAVE A REPLY