● 3ème Festival des Maudits Films -  Grenoble (38)
– du 18 au 22 janvier 2011 –

Festival des maudits films 2011 Et de trois !
Le Festival des Maudits Films reste fidèle à sa logique originelle : proposer à un public de passionnés ou de curieux des classiques du fantastique ou de la science-fiction sur grand écran.
Au programme cette année, du tout bon : Les Yeux sans visage de Georges Franju, Planète interdite de Fred M. Wilcox, Le Sadique Baron von Klaus de Jess Franco et deux films du mésestimé Paul Bartel, Lust in the dust et La Course à la mort de l’an 2000.

Un hommage sera rendu à la Hammer, avec la projection de  Les Monstres de l’espace de Roy Ward Baker et Le Cirque des vampires de Robert Young
La séance sera présentée par Nicolas Stanzik auteur de “Dans les griffes de la Hammer”, ouvrage ré-édité aux éditions Le Bord de l’eau, et reconnu comme l’un des travaux les plus accomplis sur le célèbre studio anglais. Il profitera de l’occasion pour se livrer à une séance de dédicaces.

Mais ce sympathique festival ne se contente pas que de cela : il propose en outre une intéressante sélection de courts-métrages bis que les spectateurs devront départager de leurs votes, plus un panorama des courts diffusé au dernier festival Fantasia de Montréal, la plus grande manifestation de ciné fantastique d’Amérique du Nord, plus un regard sur le cinéma horrifique au féminin.
Et, en outre, il propose,  pour l’ouverture des réjouissances,  l’avant-première du premier film du cinéaste expérimental québecois Frédérick Maheux : Théorie de la religion.

Renseignement et programmes : Festival des maudits films

SHARE
Previous article“Le Quattro Volte”
Next articleUne montagne de rires…
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY