● 3ème Festival Un état du monde… et du cinéma – Paris (1er)
– du 28 janvier au 06 février 2010 –

Un état du monde et du cinéma 2011 Après deux premières éditions riches en rencontres, débats et émotions cinématographiques, le festival Un état du monde… et du cinéma revient avec une programmation une fois de plus de haute tenue, forte d’une quarantaine d’oeuvres, dont treize avant-premières en présence, pour la plupart, des réalisateurs et de leurs équipes.

Les heureux festivaliers parisiens pourront ainsi découvrir l’excellent Carancho de Pablo Trapero, Morgen de Marian Crisan – prix du jury à Locarno l’an passé – The hunter, le nouveau Rafi Pitts ou Aftershock, le film qui explose les records au box-office chinois (400 millions de spectateurs !).

Ce festival ayant pour vocation de traiter des problèmes de société qui secouent la planète, il sera question de gens du voyages (Jimmy Rivière, film d’ouverture) et de roms (Liberté de Tony Gatlif), d’univers virtuel (R U There?), de crise financière (Piercing), d’exil (Espiral), de différences de classes et de races (Zona sur)…

Année du Mexique en France oblige, une sélection de film tournera autour du flux migratoire entre les Etats-Unis et le Mexique. Au programme, des classiques récents comme Babel ou Sin nombre, des avant-premières comme Un jour sans mexicains et Revolucion

Quarante ans après la chute des Khmers rouges, une petite programmation tournera autour du Cambodge et des blessures liées à la guerre civile et au génocide de milliers de personnes. Elle sera accompagnée d’une exposition de dessins, de toiles et de planches de BD de Séra et Vann Nath, deux artistes cambodgiens.

Autres conflits, autres oeuvres… La section “Entre guerres et paix” présente les différentes guerres ayant perturbé la fin du XXème siècle et le début du XXIème, à travers des oeuvres choisies.

Pour ceux qui préfèrent le débat au cinéma, des tables rondes seront organisées autour de sujets de société brûlants et de leur représentation à l’écran : “Le cinéma et le monde, bilan 2010”, “Amérique centrale – Mexique – Etats-Unis l’épineuse question migratoire”, “Peut-il y avoir une paix sans justice?”, “Quelles images pour le Cambodge des Khmers rouges ?”, “La figure du terroriste”, “L’émergence des mondes virtuels dans les scénarios de fiction” et “la représentation des Roms dans les média”… A noter que toutes ces conférences sont gratuites et animées par des experts et des professionnels de l’audiovisuel…

Jorge Semprùn Elia Suleiman

Enfin, le festival bénéficiera de la présence de deux invités d’honneur : l’écrivain Jorge Semprùn, qui viendra parler des blessures du franquisme après la projection de Les Chemins de la mémoire, et le cinéaste palestinien Elia Suleiman, dont l’intégrale des courts et des longs sera diffusée – à ne pas manquer !

Bref, que des oeuvres intenses, intelligentes et joliment mise en scène. Si vous habitez Paris ou sa proche banlieue, il serait dommage de passer à côté de cette manifestation exigeante et conviviale, située en plein coeur de la capitale…

Renseignement et programmes : Forum des Images

SHARE
Previous article“Africa United” de Debs Gardner-Patterson
Next article“Propriété interdite” d’Hélène Angel
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY