Un petit hommage à une immense actrice française, Annie Girardot, qui vient de décéder à l’âge de 79 ans.

Avec sa gouaille et sa voix rocailleuse, sa spontanéité et sa sensibilité, elle a illuminé de sa classe et son talent un grand nombre de films français ou italiens : des comédies populaires (La Zizanie, On a volé la cuisse de Jupiter, Elle boit, pas, elle fume pas, elle drague pas mais elle cause…), des drames poignants (Mourir d’aimer, Docteur Françoise Gailland,…) et quelques chefs d’oeuvre du 7ème art, comme Rocco et ses frères de Luchino Visconti, l’un de ses rôles les plus marquants.
Elle va manquer au cinéma français, et au cinéma tout court…

SHARE
Previous articleBye bye, Jane Russell
Next article– l’Arche de Noé a flashé sur vous, de Masson & Von Arx –
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY