2ème Festival international de cinéma War On Screen – Châlons-en-Champagne (51)
– du 1er au 05 octobre 2014 –

waronscreen 2014Garde à vous! Présentez… armes! En colonne sur trois rangs! A droite… droite! A gauche… gauche! En avant… marche! Une, deux, une, deux…
Soldats cinéphiles, avancez tout droit vers Châlons-en-Champagne, Mourmelon et Suippes, où se déroule la seconde édition du festival War On  Screen, une manifestation articulée, comme son nom l’indique, autour de la représentation de la guerre à l’écran et présentant le travail de cinéastes, de reporters et de concepteurs de jeux vidéo. Hop, hop, hop… Plus vite que ça!

Après un débarquement réussi l’an passé, avec plus de 6000 spectateurs accueillis et près de 80 films présentés, les organisateurs ont décidé de sortir l’artillerie lourde pour défendre leurs positions et mobiliser des troupes toujours plus nombreuses.
D’autant que cette année est une date particulière. Il s’agit du centenaire de la Première Guerre Mondiale, un conflit ayant fait de très nombreuses victimes dans la région Champagne-Ardennes, où étaient situées la ligne de front et les fameuses tranchées. Le festival s’inscrit donc comme l’un des temps forts des commémorations de l’évènement.

Alors il commencera en fanfare – ou presque – le 1er octobre prochain, avec la cérémonie d’ouverture qui aura lieu au Théâtre La Comète, à Châlons-en-Champagne. Le soldat Dupontel sera en première ligne pour parrainer la manifestation et présenter aux festivaliers le jury longs-métrage, présidé par le cinéaste iranien Mohsen Makhmalbaf, et le jury courts-métrages, encadré par Muriel Coulin.
Puis Michael Nyman, le compositeur de génie à qui l’on doit les bandes-originales de La Leçon de piano, La Fin d’une liaison et la plupart des films de Peter Greenaway, viendra en personne diriger l’orchestre pour la première de War work, son ciné-concert autour de la Guerre 1914-1918. Un évènement à ne pas rater!

Les jours suivant verront s’affronter les films à la lutte pour le Grand Prix. Parmi eux, nous avons déjà vu ‘71 de Yann Demange, et Self made de Shira Geffen, et autant vous dire que si les autres films de la  sélection sont du même calibre, le jury aura fort à faire pour départager les meilleurs.
Hors compétition, une section rétrospective sera dédiée aux films traitant de “la Grande Guerre” sur le ton de la comédie  (Ah! Dieu, que la guerre est jolie! de Richard Attenborough, Charlot soldat de Charles Chaplin…) ou sur le thèmes des “espionnes” (Mata Hari, Agent X27, Salonique nid d’espions…). Une autre se projettera dans le futur en montrant des films d’anticipation se déroulant pendant ou après la 3ème guerre mondiale (Les fils de l’homme, La jetée, L’aube rouge…).

Un focus sera fait sur le conflit en Bosnie, qui a marqué les années 1990, avec la projection de films comme No man’s land, Welcome to Sarajevo, Cirkus Columbia… Un autre s’intéressera aux récentes Révolutions Arabes.

Le jeune public ne sera pas oublié, avec notamment un florilège de films d’animation japonais (Porco Rosso, Le vent se lève, L’île de Giovanni…) et la programmation de La Caravane ensorcelée, un cinéma itinérant qui proposera un programme de courts-métrages pour le bonheur des petits et des grands.

Le festival présentera aussi des images d’archives, des témoignages, des séries télévisées dédiées – encore et toujours – à la première Guerre Mondiale (La Maison des bois de Maurice Pialat, Ceux de 14 d’Olivier Schatzky). Et entre les films, les festivaliers pourront se “détendre” en pilotant des tanks avec le jeu vidéo “World of Tanks” ou aller assister à des débats passionnés et passionnants.

Le festival se terminera par la projection de Queen & Country, la suite de l’autobiographie cinématographique de John Boorman, vingt-sept ans après La Guerre à 7 ans. Une mini rétrospective des films du cinéaste britannique sera d’ailleurs diffusée pendant le festival.

Alors soldats, prêts à affronter le sifflement des balles, le crépitement des mitrailleuses, le bruit assourdissant des canons et celui, plus doux à l’oreille, des bouchons de Champagne qui sautent? Parés à ramper dans les tranchées pour vous glisser dans les salles obscures? Compagnie! A mon commandement, marche! Une, deux,… une, deux… Une, deux…
Quoi, vous ne voulez pas marcher jusqu’à Châlons-en-Champagne? Eh bien prenez le train! La SNCF propose des tarifs spéciaux pour vous permettre de vous rendre au festival à moindre coût. Vous n’avez aucune excuse pour ne pas y aller. Toute désertion sera punie.

Plus d’informations : War on screen

SHARE
Previous article“Refroidis” de Hans Petter Moland
Next article“Léviathan” d’Andreï Zviaguintsev
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY