Venise a beau être entourée d’eau, les films projetés aujourd’hui à la Mostra avaient pour sujet commun des traversées du désert, au propre comme au figuré.

27420-El_Cristo_ciego_4

Dans El Cristo ciego, Christopher Murray raconte le pèlerinage solitaire d’un jeune homme dans le désert Atacama, au nord du Chili. Persuadé de posséder la faculté d’accomplir des miracles, l’homme se rend au chevet de son ami d’enfance, mourant, pour le sauver de son triste sort. Mais au cours de son long périple, il rencontre de nombreuses personnes qui sollicitent son aide.
Film sur la difficulté de garder la foi dans une zone socialement sinistrée, délaissée par Dieu et oubliée par les Hommes, El Cristo ciego met aussi en lumière le sort des indigènes chiiens qui habitent ces zones arides, dans la misère la plus noire, alors que s’enrichissent les compagnies minières qui pillent leurs terres. C’est une bonne surprise, même si le récit a tendance à s’essouffler à mi-parcours (Lire notre critique).

NOCTURNAL ANIMALS

Le second film en compétition du jour, Nocturnal animals de Tom Ford, repose non pas sur une, mais sur plusieurs traversées du désert, grâce aux récits entrelacés qui constituent la structure du film.
Déjà, il y a le voyage chaotique et éprouvant d’un couple et de leur fille dans le désert texan, alors qu’ils sont harcelés par un groupe de jeunes voyous. Puis la quête de justice et de vengeance d’un homme meurtri, rongé par la honte, les remords et le chagrin. Et enfin le désert affectif d’une femme qui réalise qu’elle est devenue tout ce qu’elle haïssait.
Bien qu’inabouti et décevant au regard des quinze premières minutes du film, pleines de promesses, le film semble avoir été plutôt bien apprécié par le public italien. (Lire notre critique).

27716-The_Bleeder_1

Enfin, The Bleeder raconte une traversée du désert médiatique, celle de Chuck Wepner, un boxeur qui a connu son heure de gloire dans les années 1970, pour avoir tenu quinze rounds face au redoutable Muhammad Ali  et pour avoir inspiré l’histoire de Rocky. L’homme, avide de reconnaissance et de gloire, a vécu dans l’ombre de son avatar de fiction et a subi un sérieux revers de fortune à cause de sa pseudo-notoriété. Il est finalement retombé dans l’oubli avant que le long-métrage de Philippe Falardeau ne le remette sur le devant de la scène. Il ne devrait toutefois pas y rester très longtemps, le film étant assez anecdotique, sans relief et sans grande inspiration, ne reposant que sur la performance d’acteur de Liev Schreiber, méconnaissable. On était en droit d’attendre autre chose de la part de Philippe Falardeau, auteur intéressant quand il tourne dans son pays d’origine, au Québec. Il semble, comme tant d’autres avant lui, s’être laissé broyer par le système de production américain, qui laisse trop peu de liberté créatrice aux artistes.

A demain pour la suite de ces chroniques vénitiennes…

SHARE
Previous article[Venise 2016] “Nocturnal animals” de Tom Ford
Next article[Venise 2016] Jour 4 : (Re)construire l’Europe
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY