68ème Berlinale / Internationale Filmfestspiele – Berlin (Allemagne)
– du 15 au 25 février 2018 – 

Berlinale 2018– Wah ! Quel temps de chien ! On a eu de la pluie non-stop depuis des semaines, des zouaves avec les genoux humides, l’hexagone qui prend l’eau de tous les côtés, et voilà qu’on a le froid, les tempêtes de neige, le verglas… Ma chérie, j’ai une subite inspiration : si, après la Saint Valentin, on partait hors de nos frontières pour oublier tout ça ? Pour une petite dizaine de jours…

– Bonne idée, mon coeur ! On peut partir dans un pays de l’hémisphère sud, au soleil, sur une plage en bordure d’océan…

– Euh… Non, en fait, je pensais plutôt à Berlin…

– Berlin en Allemagne ? Où quand il fait chaud en février, c’est que le mercure est à -5°C ? Ce Berlin là ?

– Euh… Oui…

– Et il va faire beau au moins ?

– Euh… Ben ils annoncent de la neige pour la fin de la semaine, et de la pluie, et un froid de canard…

– D’accord… Super… Comme ici, quoi, mais en plus froid… Et comme deuxième choix, tu proposes quoi ?

– Il n’y a pas de deuxième choix possible. Jusqu’à preuve du contraire, la Berlinale, c’est à Berlin que ça se passe ! Tu vas voir, il y a plein de trucs à découvrir : En ouverture, le nouveau Wes Anderson, L’île aux chiens, les nouveaux films d’Emily Atef (3 jours à Quiberon), Jose Padilha (7 days in Entebbe), Gus Van Sant (Don’t worry, he won’t get far on foot, avec Joaquin Phoenix), Benoît Jacquot (Eva), Philip Gröning (My brother’s name is Robert and he is an idiot), Cédric Kahn (La Prière), Christian Petzold (Transit), Steven Soderbergh (Unsane, filmé avec un smartphone), plus un « court-métrage » musical de 4h de Lav Diaz (Season of the devil)… Et ça, c’est juste pour la compétition ! Dans les autres sections, on retrouvera avec bonheur Isabel Coixet, Rupert Everett, Kim Ki-duk, Ursula Meier, Lionel Baier, Kiyoshi Kurosawa, Timur Bekmambetov, Guy Maddin, Corneliu Porumboiu…

– OK, OK, j’ai compris… Fais nos valises, je capitule… Ah ! Mais pourquoi suis-je tombé amoureuse d’un cinéphile ?!?

Plus d’informations : https://www.berlinale.de/

SHARE
Previous article“L’Insulte” de Ziad Doueiri
Next article[Berlinale 2018] “Isle of dogs” de Wes Anderson
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY