77ème Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica – La Biennale di Venezia (Venise)
– du 02 au 13 septembre 2020 –

Affiche Venise 2020Si le lion est réputé être le “roi des animaux”, ce n’est pas dû à son look de hipster ou à son miaulement plus grave que la moyenne des félins. Non, c’est surtout parce qu’il n’a peur de rien. Il peut d’un coup de patte faire taire les ricanements des hyènes ou faire détaler les gnous les moins mous. Il ne craint ni les crocos, ni les rhinos, et ne fuit même pas face aux éléphants. Alors, ce n’est pas un petit coronavirus de rien du tout qui va le mettre à terre, et encore moins si le lion en question est en or.
Oui, l’édition 2020 de la Mostra de Venise aura bien lieu! Certes, avec une semaine de décalage par rapport aux dates initialement fixées et évidemment, dans un contexte très particulier.

Malgré un bref répit estival, l’Europe est toujours frappée de plein fouet par l’épidémie de COVID- 19 et l’augmentation du nombre de cas ces derniers jours incite à la prudence. Les conditions d’accueil du public ont donc été repensées : prise de température à l’entrée des sites, port du masque obligatoire sur tout le site et pendant les séances, fauteuils libres entre les spectateurs pour garantir la distanciation sociale entre les festivaliers,…
Pour pallier à cette diminution du nombre de places, des séances supplémentaires ont été organisées pour les films de la sélection officielle, mais cela implique que certaines sections comme la sélection Venezia classici disparaissent de la grille de projections et que globalement, le festival projettera un peu moins de films qu’à l’habitude. En même temps, les oeuvres disponibles ne sont pas légion, car la production cinématographique mondiale et les circuits de distribution des films sont totalement bouleversés par cette crise sanitaire sans précédent. Le cinéma américain, habituellement grand pourvoyeur de longs-métrages pour la sélection officielle, n’aura cette année qu’une présence très réduite, car la plupart des productions sont à l’arrêt et la sortie des gros films “Oscarisables” a été décalée. Le cinéma français sera lui aussi plus discret qu’à l’accoutumée, peut-être parce qu’il faut déjà pouvoir sortir toutes les oeuvres initialement prévues en mai et juin, au moment du Festival de Cannes…

Pour autant, les prétendants au prestigieux Lion d’Or ne manquent pas.
Déjà, il y a les cinéastes locaux, comme Gianfranco Rosi, déjà primé en 2013 pour Sacro GRA. Cette fois, le documentariste propose Notturno, un voyage filmique dans un Moyen-Orient secoué par les guerres civiles, mais où la vie continue malgré tout.
On retrouvera également Emma Dante, dont le premier long-métrage, Palerme, avait été très applaudi lors de son passage en 2013. La cinéaste nous invitera à suivre Le Sorelle Macaluso, une ambitieuse fresque familiale palermitaine.
Susanna Nicchiarelli fera également son retour en Sala grande avec la projection de Miss Marx, qui raconte l’histoire de la plus jeune fille de Karl Marx. Le film sera l’occasion de revoir à l’écran Romola Garai, qui incarne le rôle-titre.
Enfin Claudio Noce nous plongera dans les années de plomb avec Padrenostro. Il y raconte une histoire très personnelle puisque le film s’inspire de l’attentat dont a été victime son père en 1976.
Les cinéastes italiens se retrouvent également dans la section non-compétitive puisque Daniele Luchetti fera l’ouverture du festival avec Lacci, adaptation du roman “Les liens” de Domenico Starnone.
Lasciami andare de Stefano Mordini ne nous entraînera à priori pas très loin puisqu’il a été tourné à Venise, mais à priori seulement car cette histoire où il est question de fantômes du passé pourrait bien flirter avec l’au-delà…  Autre cadre, mais ambiance à priori similaire pour Assandira de Salvatore Mereu, qui nous entraîne dans une Sardaigne pluvieuse et funèbre, auprès d’un père rongé par le chagrin et le remords de n’avoir pu sauver son fils, mort dans un incendie. Ah, c’est joyeux…

Outre nos amis transalpins, on retrouvera quelques habitués du Lido, comme Andrei Konchalovsky, qui essaiera de remporter le Lion d’Or avec Dorogie tovarischi!, reconstitution d’un sombre épisode de l’histoire de l’URSS, étouffé pendant des décennies : le massacre de Novocherkassk.
Kiyoshi Kurosawa, après deux films d’anticipation, nous plongera cette fois dans le passé et le contexte tourmenté de la Seconde guerre mondiale au Japon. Amos Gitaï, de son côté, présentera Laila in Haifa, un long-métrage prônant le respect des différences et le “vivre ensemble”.
Nicole Garcia reviendra sur le Lido, plus de vingt ans après Place Vendôme, pour présenter ses Amants, incarnés par Pierre Niney et Stacy Martin.
Parmi les autres “grands noms” invités, les cinéphiles auront plaisir à revoir Kornel Mundruczo, qui proposera Pieces of a woman, son premier film anglophone ou Michel Franco, qui nous entraîne, avec Nuevo orden, dans un univers dystopique pas si éloigné que cela de la société mexicaine actuelle. Mais le film le plus attendu sera sans doute Nomadland de Chloe Zhao, l’un des deux films américains rescapés en compétition. Ce road-movie dans l’Amérique de Trump, dévastatrice pour les plus faibles, a pour interprète principale Frances McDormand, l’une des chouchoutes de la Mostra.

Cela dit, la surprise pourrait bien venir des autres films invités. Pourquoi pas Korshid, de Majid Majidi, chef de file des quatre cinéastes iraniens présents cette année sur le Lido? L’auteur des enfants du ciel et de Baran suit ici un groupe d’enfants en quête d’un trésor qui pourrait les sortir d’un quotidien difficile, où ils sont obligés de travailler pour entretenir leurs familles.
On parie également sur The Disciple de Chaitanya Tamhane. Le cinéaste indien nous avait épatés avec son premier long-métrage, Court, présenté à la Mostra en 2014. Il continue à dépeindre la société indienne contemporaine avec ce long-métrage autour d’un maître musicien tiraillé entre les traditions et la modernité, la vie dédiée à l’art et la nécessaire survie dans un contexte économique et social complexe.
Il ne serait pas surprenant de voir Małgorzata Szumowska et Michał Englert, réalisateurs de Śniegu już nigdy nie będzie, figurer au palmarès de cette édition.  Le duo a remporté un grand prix du jury à la Berlinale il y a deux ans avec Twarz et leurs précédents films ont tous remporté des prix dans les festivals où ils étaient présentés. Ils pourraient tout à fait récidiver avec ce récit qui, sur le papier, évoque un peu le Théorème  de Pasolini, en montrant comment l’irruption d’un masseur venu de pays de l’est bouleverse le quotidien d’un groupe de bourgeois occidentaux.

On guettera aussi In between dying, de l’Azerbaïdjanais Hilal Baydarov. S’il ne s’agit que de son second long-métrage de fiction, le cinéaste s’est fait remarquer par plusieurs de ses longs-métrages documentaires. Il a ici le soutien du cinéaste mexicain Carlos Reygadas, coproducteur du film.
Trois femmes cinéastes pourraient aussi créer la surprise : l’Allemande Julia von Heinz, qui s’intéresse, dans Und morgen die ganze welt, à la montée des mouvements d’extrême-droite et à ceux qui s’y opposent. La Bosnienne Jasmila Zbanic qui, dans Quo vadis, Aïda?, suit le parcours d’une femme plongée dans la tourmente de la guerre de Bosmie, au milieu des années 1990. Enfin, Mona Fastvold, compagne et co-scénariste de Brady Corbet – l’un des “enfants de la Mostra”- raconte dans The world to come, l’impossible amour de deux femmes dans l’Amérique rurale du XIXème siècle.

Le jury présidé par Cate Blanchett aura, espérons-le, l’embarras du choix au moment de composer son palmarès…

Hors compétition, les cinéphiles pourront découvrir le nouveau film d’Ann Hui, qui sera récompensée du Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière. Di Yi Lu Xiang est l’adaptation du roman d’Eileen Chang, “Un amour dévastateur” et raconte une histoire d’amour dans le contexte feutré du Hong-Kong des années 1950. Après les 50’s, place aux 60’s avec One night in Miami de Regina King, qui filme la rencontre fictive de Mohammed Ali, Malcolm X, Sam Cooke et Jim Brown et leurs débats sur l’évolution du combat des Noirs américains pour leurs droits civiques. Une lutte toujours d’actualité, hélas, comme le montre l’émergence du mouvement “Black lives matter”.
Run Hide Fight de Kyle Rankin traite d’un autre fléau de la société américaine, les fusillades de masses. Il raconte l’attaque d’une école par quatre jeunes surarmés et prêts à tout pour passer à la postérité, y compris à commettre le pire massacre ayant eu lieu en milieu scolaire…
Ca devrait aussi tirer partout dans le polar coréen de Hoon-jung Park, Night in paradise, rencontre, sur fond de guerre des gangs et de vengeance, entre un homme de main en quête de repentance et une jeune femme mourante.

Autre ambiance dans le nouveau film de Quentin Dupieux, Mandibules, qui devrait encore désarçonner les spectateurs avec son casting hétéroclite (le duo du Palmashow, Adèle Exarchopoulos, Roméo Elvis…) et son scénario (forcément) improbable, autour… d’une mouche géante!
Dans Mosquito state, de Filip Jan Rymsza, ce ne sont pas des mouches mais des moustiques qui constituent le “McGuffin”. L’invasion de ces insectes n’est là que pour symboliser l’état mental perturbé d’un trader de Wall Street, juste avant la crise des subprimes en 2007…
Pour la bouffée d’oxygène et l’humour, on pourra compter sur le Britannique Roger Mitchell, qui, dans The Duke, raconte l’histoire improbable mais vraie, d’un sexagénaire ayant volé le portrait du Duc de Wellington, peint par Goya, et ayant tenté de l’utiliser comme monnaie d’échange contre des mesures en faveur des plus démunis.

La section compte également de nombreux documentaires, parmi lesquels les nouveaux films d’Alex Gibney (Crazy, not insane, sur les tueurs en série), Nathan Grossman (Greta, sur Greta Thunberg), Luca Guadagnino (Salvatore, shoemaker of dreams, sur Salvatore Ferragamo), Abel Ferrara (Sportin’ life, sur Ferrara lui-même et la crise COVID-19) et le très long (4h30) documentaire de Frederick Wiseman sur la mairie de Boston, City hall.

Pour être complet, ajoutons les courts-métrages de Pedro Almodovar, The Human voice, avec Tilda Swinton, sur le texte de Cocteau, Luca Guadagnino, Fiori, fiori, fiori! et du duo Alice Rohrwaher/JR, Omelia contadina, le premier épisode de la série d’Alex De la Iglesia, 30 Coins, et la projection en séance spéciale de Princesse Europe de Camille Lotteau, avec Bernard Henri Lévy.

Dans la section Orizzonti, on attend avec impatience les nouveaux films de quatre cinéastes qui avaient su nous séduire avec leurs précédentes réalisations.
D’abord, Gia Coppola, qui avait signé un premier film attachant, Palo alto, présenté à la Mostra en 2013 et qui revient avec Mainstream, un film apparemment dans la même veine, autour d’un triangle amoureux compliqué.
Puis Kaouther Ben Hania, réalisatrice de La Belle et la meute, l’un de nos coups de coeur cannois en 2017. Elle change un peu de contexte avec The man who sold his skin, histoire d’un homme qui, pour fuir un pays en guerre, accepte de se faire tatouer par une artiste renommée. En acceptant de devenir une oeuvre d’art, l’homme pense acheter sa liberté, mais il réalise peu à peu qu’il se retrouve au contraire piégé par cette décision.
Ensuite, Uberto Pasolini, qui nous avait enthousiasmés avec ses deux premiers longs-métrages, Sri Lanka National Handball Team et Une belle fin et qui nous promet, avec Nowhere special, l’un des films les plus poignants de la Mostra. L’histoire d’un homme mourant, cherchant à trouver une famille d’accueil pour son fils de quatre  ans, tout en tentant de profiter des derniers instants de complicité avec l’enfant.
Enfin, on se réjouit de la présence d’Adilkhan Yerzhanov dans la sélection. Le cinéaste Kazakh nous avait éblouis avec La Tendre indifférence du monde, ses images sublimes et sa maîtrise de es plans-séquences. Son Yellow cat, histoire d’un ex-taulard cherchant à changer de vie en installant un cinéma dans les montagnes, semble sonner comme une véritable déclaration d’amour au septième art et promet encore une mise en scène somptueuse.

A cette liste, on peut ajouter un Lav Diaz en petite forme, qui signe avec Genus Pan un film de “seulement” 157 minutes, battu à plates coutures en matière de défi physique par Frederick Wiseman et son City Hall de 275 minutes! Mais la note d’intention du cinéaste, qui fait le parallèle entre l’homme et son cousin le Chimpanzé (Genus Pan), et pointe leurs comportement similaires – agressifs, violents, obsessionnels, transgressifs, envieux, possessifs, égocentriques et narcissiques – donne envie de découvrir le film…
On sera également curieux de découvrir La Troisième guerre de Giovanni Aloi, autour d’un jeune soldat français missionné sur l’opération Sentinelle, pour un conflit bien loin de ce à quoi il a été préparé, ou le film grec Mila, de Christos Nikou, qui plonge le monde dans une pandémie (décidément…) provoquant des amnésies.

Pour finir, le festival maintient sa compétition de films en réalité virtuelle, même si cette année, les festivaliers ne pourront la découvrir qu’en ligne, sur un site dédié.

Bref, malgré le coronavirus et les aléas d’une année pas comme les autres, le cinéma fait de la résistance et la Mostra de Venise est là pour rendre compte de cette vitalité!
Viva il cinema!

Plus d’informations : https://www.labiennale.org/en/cinema/2020

Crédit image :  copyright Lorenzo Mattotti / La Biennale di Venezia

SHARE
Previous article92ème Cérémonie des Oscars, le palmarès complet
Next article[Venise 2020] “Lacci” de Danielle Luchetti
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY