16ème édition de L’Etrange Festival – Paris 1er
du 03 au 12 septembre 2010 –

Etrange Festival Paris 2010L ’an passé, l’édition parisienne originelle de L’Etrange Festival faisait son grand retour le Forum des images, pour un pari risqué, après trois ans d’interruption.
D’où pas mal d’angoisse pour les organisateurs de l »’événement : Le public allait-il revenir ? Y avait-il seulement encore des spectateurs pour aller voir des films aussi barrés plutôt que de profiter des derniers jours de l’été ? Allait-on retrouver cette ambiance si particulière qui avait fait le charme et la réputation des éditions précédentes ?

A l’issue des dix jours de festival, l’indéboulonnable Frédéric Temps et son équipe de joyeux cinéphiles pouvaient respirer. Tout avait été absolument parfait. Non seulement les anciens fidèles ont répondu présent à l’appel, mais plein de petits nouveaux ont pu découvrir et apprécier ce beau festival parisien. Les films présentés ont fait l’objet de débats passionnés – et passionnants – pour le plus grand bonheur des invités présents.

C’est donc rassurés sur les attentes du public parisien en matière de bizarreries visuelles, raretés fantastiques, petites séries B déjantées et autres objets filmiques non-identifiés que Fréderic Temps et Philippe Lux ont concocté le programme de cette 16ème édition, franchement alléchant.

Cette année, pas de thème précis, mais des hommages et des cartes blanches faisant la part belle à des invités de marque.

Mimst Farmer

Honneur aux dames, on commence avec Mimsy Farmer, actrice bien connue des amateurs de films de genre des années 1970-1980. Après avoir démarré sa carrière cinématographique de façon fracassante, aux côtés d’Henry Fonda dans un western de Delmer Daves (La Colline des sept Spencer) et surtout en s’illustrant dans More de Barbet Schroeder, elle est partie pour l’Europe, où elle a tourné principalement des thrillers, sous la direction de cinéastes français ou italiens.
A son actif, des films comme La Traque de Serge Leroy, Quatre mouches de velours gri de Dario Argento, Le Chat noir de Lucio Fulci…
Le festival lui rendra hommage en trois films :  La Route de Salina de Georges Lautner, Le Parfum de la dame en noir, un giallo de Francesco Barilli, et Le Maître et Marguerite d’Aleksandar Petrovic.

Tobe Hooper

Autre figure culte du cinéma des années 1980, le réalisateur Tobe Hopper passera une soirée en compagnie des festivaliers. Au programme, l’inévitable Massacre à la tronçonneuse, chef d’oeuvre du film d’horreur ayant inspiré plusieurs générations de cinéastes, le moins connu (et moins bon) Massacre dans le train fantôme, et l’encore moins connu Eggshells, oeuvre de jeunesse expérimentale.
Une sélection éclectique et variée qui donne un bon aperçu de sa filmographie…

Enfin, l’acteur Jean-Pierre Kalfon sera salué par la programmation de cinq films dans lesquels il joue: Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre, Les Gauloises bleues, une rareté signée Michel Cournot, A l’ombre de la canaille bleue de Pierre Clémenti, Les idoles de Marc-Gilbert Guillaumin et Paul de Diourka Medveczkky.

Mildred Pierce

Le festival a aussi choisi de donner trois cartes blanches à des cinéastes intéressants, atypiques :

Lionel Soukaz viendra présenter des programmes de courts-métrages de son choix, mélange d’art, d’érotisme, de violence et de politique.

Nicolas Winding Refn, excellent réalisateur de Bronson et Le Guerrier silencieux, proposera des films qui l’ont marqué ou influencé. Parmi eux, du grand classique (Le Roman de Mildred Pierce, Vampyr), du moins connu (Adieu Afrique, un documenteur de Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi), de la série B solide (La Cité de la violence de Sergio Sollima) et Thriller de Bo Arne Vibenius, connu pour avoir inspiré à Quentin Tarantino le personnage de Elle Driver dans Kill Bill

Alejandro Jodorovsky se livrera lui aussi à cet exercice en proposant du Victor Sojstrom (Larmes de clown) du Todd Browning (L’inconnu), du Nacho Cerda (Aftermath) du Mehdi Charef (Miss Mona) et du… Nicolas Winding Refn (Le guerrier silencieux)…

Bedevilled   EF

Pas mal tout ça, non? Et ce n’est que le début !
Il faut ajouter à tout cela la traditionnelle compétition de courts-métrages (4 programmes bien garnis), la séance Retour de flammes de Serge Bromberg, oups pardon, de l’excellent Serge Bromberg, axée cette année autour de Cauchemars et superstitions, une rareté de 1919 signée Victor Fleming (yes!) avec Douglas Fairbanks (re-yes!), une programmation “Les pépites de l’étrange”, avec entre autres, La Bonzesse, Le manuel d’un jeune empoisonneur ou Fondu au noir, ou encore des avants-premières attendues, comme Robert Mitchum est mort, The housemaid ou Bedevilled, présentés à Cannes, Il était une fois l’huile nouveau délire de Winschluss re-oups, de l’excellent Winschluss, Delivrez-nous du mal, d’Ole Bornedal, ou L.A. Zombie de Bruce La Bruce…

Il était une fois

Enfin, pour finir, ceux qui le veulent pourront passer une nuit en compagnie de vampires qui n’ont rien à voir avec les boules à facettes végétariennes de Twillight

Bref, voilà une programmation qui s’annonce des plus prometteuses, où il y en a pour tous les goûts (bons et mauvais) !
Alors, début septembre, on met son loup-garou au chenil, on laisse les bébés-zombies à mamie et on enfile ses plus beaux habits gothiques pour aller profiter des soirées de l’Etrange Festival 2010…

Renseignements et programmes : L’Etrange Festival
Réservation des billets : Forum des images

______________________________________________________________________________

SHARE
Previous articleLes Formidables Aventures de Lewis
Next article“The Killer inside me” de Michael Winterbottom
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

3 COMMENTS

  1. Un rendez-vous incontournable pour les parisiens amateurs de films de genre. Une fois de plus, je ne le manquerai pas !

LEAVE A REPLY