Pas de cinéma à L’Etrange Festival aujourd’hui, pour cause de relâche du Forum des Images. A la place, les organisateurs ont planifié un concert à La Machine du Moulin Rouge.

Au programme, il y avait :

Kni Crik
Composé du saxophoniste Bezak, du cinéaste Jean Michel Roux, du décorateur Alain Juteau, de la chanteuse Margot Vignat (Jah Wobble) et du batteur Paul Dufayet de la Tour (Dazibao, MKB), Kni Crik reste sans aucun doute l’expérience scénique la plus tribale jamais vue dans l’Hexagone. La réédition de leur fantastique album “Foudre”, sur le label de Bérurier Noir – Folklore de la Zone Mondiale – permet de découvrir un style musical absolument unique, inspiré autant des rythmes et chants tribaux des indiens d’Amérique que d’un punk minimaliste et expérimental. S’y ajoutent des sonorités ethniques provenant de divers instruments à vent et de cuivres qui apportent une touche parfois presque free jazz ; avec pour parachever le tableau, une scène transformée en teepee géant et un look « peaux-rouges », principale caractéristique visuelle du groupe qui a fini d’asseoir leur renommée.

Kni Crik

Alex Empire
Fondateur du label berlinois Digital Hardcore Recordings et leader des mythiques Atari Teenage Riot, Alec Empire est probablement ce qui est arrivé de mieux à l’électro punk allemande. Et ce depuis bientôt deux décennies ! Producteur touche-àtout, DJ de génie – il a collaboré avec Björk, Ice ou Techno Animal -, il est l’un des premiers à avoir compris que la techno s’enfermait dans un cul-de -sac résolument commercial. Au début des années 90, il fonde Atari Teenage Riot avec l’envie de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière et d’en découdre avec un système qui lui paraît bien trop sclérosé. Les Beastie Boys repèrent le groupe et le signent immédiatement sur leur label Grand Royal. Son approche de certains thèmes et la violence de sa musique lui valent souvent d’être considéré par certains comme le double allemand de Trent Reznor (Nine Inch Nails). Un retour fracassant dans la capitale.

Alec empire

The Pop group

Attention, événement ! Après bientôt trente ans de silence, l’un des groupes les plus importants de l’histoire de la musique anglaise, qui a inspiré toute une génération de musiciens : de Fugazi à Fun-da-Mental en passant par Rage Against the Machine et Massive attack… se reforme enfin ! Groupe pionnier du hip-hop industriel, mariant dès 1978 textes ultraengagés, sonorités punk, reggae dub et free jazz, The Pop Group de Mark Stewart (Tackhead, The Maffia) et Bruce Smith (The Slits, P.I.L) entamera en 2010 une première et unique série de 5 concerts en Italie et à Londres, début septembre. La première et incontournable date de cette série a donc eu lieu à Paris, le lundi 6 septembre à La Machine du Moulin Rouge dans le cadre de L’Étrange Festival !

[Les textes de présentation des groupes ont été empruntés aux sites officiels de
L’Etrange Festival & de La Machine du Moulin Rouge ]

SHARE
Previous articleLa Lubrique-à-brac à la plage…
Next articleL’Etrange Festival 2010 Jour 5 : délivrons-nous du Mal…
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY