71ème Mostra de VeniseVenise (Italie)
– du 27 août au 06 septembre 2014 –

venezia-2014-poster Malgré la concurrence acharnée des gros festivals d’automne nord-américains, Toronto et New-York, qui cherchent à s’assurer la primeur des films-évènements de la fin d’année, la Mostra de Venise continue de proposer un programme des plus alléchants, avec des oeuvres attendues par la plupart des cinéphiles de la planète.
Dès l’ouverture, les heureux festivaliers vénitiens découvriront le nouveau long-métrage d’Alejandro Gonzales Iñàrritu, Birdman, dans lequel Michael Keaton incarne un acteur sur le déclin après avoir connu la gloire en jouant un super—héros au cinéma. Toute ressemblance avec la réalité serait évidemment fortuite…

La compétition verra ensuite s’affronter des ténors tels que Xavier Beauvois (La Rançon de la gloire), Benoît Jacquot (3 coeurs),David Gordon Green (Manglehorn), Fatih Akin (The Cut),   Shinya Tsukamoto (Nobi, fires on the plain), Roy Andersson (A pigeon sat on a branch reflecting on existence, tout un programme!), Abel Ferrara (Pasolini),  Andreï Konchalosky (The postman’s white nights) ou Andrew Niccol (The Good kill). Mais des outsiders comme  Alix Delaporte (Le Dernier coup de marteau), Saverio Costanzo (Hungry hearts), David Oelhoffen (Loin des hommes) sont prêts à bousculer les pronostics.

Hors compétition, le programme est tout aussi enthousiasmant : les nouveaux films de Peter Ho-Sun Chan (Dearest), Amos Gitaï (Tsili), Im Kwon-taek (Revivre), James Franco (The Sound & The fury) et Peter Bogdanovich (She’s funny that way) seront présentés, pendant que Boxtrolls de Anthony Stacchi et Graham Annable envahiront le Lido.   
Sabina Guzzanti, remarquée il y a quelques années pour Draquila, la terre qui trembe, son brûlot anti-Berlusconi, revient avec La Trattativa. Le vétéran Joe Dante devrait secouer le festival avec Burying the ex, tout comme Ulrich Seidl, pour d’autres raisons, avec son documentaire sur les secrets des caves autrichiennes, Im Keller, et Lars Von Trier avec la version longue de Nymphomaniac. Et Manoel de Oliveira, toujours vaillant à 106 ans, présentera The Old Man of Belhem,un court de vingt minutes. 

Côté stars, on attend  la venue d’Al Pacino, qui aura un film en compétition (Mangelhorn) et un hors compétition (The Humbling avec Greta Gerwig), et un hommage sera rendu à Frances McDormand, qui en profitera pour présenter Olivia Kitteridge, une mini-série en quatre épisodes, signée Lisa Chodolenko.
Moins connus du grand public, l’excellent documentariste Frederik Wiseman et Thelma Schoonmaker, la monteuse attitrée de Martin Scorsese se verront également remettre des Lions d’Or pour l’ensemble de leurs carrières.

Jolie sélection, non? Et les sections parallèles sont aussi porteuses de belles promesses.

imagesYI273H43

Dans la section “Orizzonti”, on pourra voir The President, le nouveau Mohsen Makhmalbaf, Reality de Quentin Dupieux, Heaven knows what des frères Safdie, Near Death Experience le nouveau Kervern/Delépine, Bypass de Duane Hopkins, Hill of freedom de Hong Sangsoo, et bien d’autres choses encore…

a4.indd

A Venice days, on attend un habitué de la Mostra, Kim Ki-duk, qui viendra défendre son  One on one, mais aussi Larry Clark (The Smell of us), Alex de la Iglesia et son documentaire sur Messi, le footballeur argentin, Christophe Honoré (Métamorphoses), Laurent Cantet (Retour à Ithaque), plus quelques jeunes auteurs prometteurs.

semana-de-la-critica-venecia-2012

Et la Semaine de la Critique tentera, elle, comme à chaque fois, de mettre en avant le travail de jeunes cinéastes, en espérant les voir par la suite confirmer au sein des sections plus prestigieuses du festival

Enfin, une sélection de grands classiques permettra aux cinéphiles de voir ou revoir des chefs-d’oeuvres impérissables ou des pépite méconnues.

Bref, de quoi épancher la soif de 7èmeArt des festivaliers et de faire de cette 71ème édition un franc-succès!

Plus d’informations : La Biennale – Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica

SHARE
Previous article“Sils Maria” d’Olivier Assayas
Next article[Mostra de Venise 2014] Jour 1 : Des plumes et du plomb
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY