Chers lecteurs,

Pour Angle[s] de vue, l’année 2016 a été une année difficile, marquée par une nette diminution des publications au cours des derniers mois, ainsi que des évènements douloureux.

Déjà, nous sommes tristes d’annoncer que Scaramouche, votre chroniqueur félin adoré, est parti ronronner dans l’au-delà le 5 décembre dernier, après avoir tenté en vain de combattre la maladie.
S’il n’avait pas autant souffert, il aurait sans doute trouvé cocasse d’être dévoré par un crabe, lui qui n’en raffolait pas vraiment, préférant les miettes de thon et les crevettes roses, son péché mignon.
Lui prodiguer soins et affection jusqu’au bout a été une de nos priorités et explique en partie l’électrocardiogramme plat de ce site depuis le mois de septembre.

En partie seulement, car il faut également reconnaître une baisse d’énergie et de motivation générale. Pour des amateurs, il n’est pas toujours simple de concilier leur passion du septième art et de la critique cinématographique avec leurs activités professionnelles “alimentaires”. Et évidemment, en cette période de crise économique persistante, le choix est vite fait. Impossible de ne pas privilégier l’activité qui permet de payer ses factures. Nos chroniqueurs ont tous, à des degrés divers, été contraints de prendre du recul par rapport à Angle[s] de vue pour privilégier leurs activités professionnelles et leurs projets personnels. Voir les oeuvres, les analyser, en écrire les critiques est une activité chronophage et énergivore, surtout si l’on souhaite proposer des articles pertinents et qualitatifs à ses lecteurs.
Aussi, nous avons préféré publier moins, voire ne rien publier du tout, plutôt que de vous proposer des articles bâclés ou n’apportant aucune plus-value par rapport aux autres sites et blogs dédiés au cinéma.

La solution passe probablement par le recrutement de nouveaux chroniqueurs capables d’assurer la relève – ou du moins d’apporter un peu d’aide en soulageant les chroniqueurs en place. Hélas, trouver des critiques fiables, motivés et écrivant correctement n’est pas une mince affaire, surtout à une époque où tout le monde ne jure plus que par le commentaire immédiat, la micro-critique en moins de 140 caractères, le “clash qui fait le buzz” – et réciproquement. Beaucoup, aujourd’hui, ne voient pas l’intérêt de lire de longues critiques alors qu’ils peuvent se contenter d’un avis lapidaire en une phrase sur Twitter ou sur Allociné.  Nous pensons au contraire qu’il est nécessaire et salutaire de proposer des textes intelligents, argumentés, écrits autrement qu’en langage SMS et proposant le point de vue éclairé de véritables cinéphiles, afin de défendre une certaine idée de la Culture et du 7ème Art.

Evidemment, encore faut-il que les films sortis en salle méritent d’être soutenus. La médiocrité globale des oeuvres sorties cette année ne nous a pas incités à nous mobiliser plus que de raison. Difficile de se motiver pour écrire sur des remakes sans âme, des films de super-héros, des suites idiotes, des blockbusters formatés, d’autres films de super-héros, des  comédies paresseuses et autres films art & essais anecdotiques et vite oubliés. On a rarement vu un été cinéma aussi pauvre, une rentrée aussi morose, à peine pimentée par les sorties des pépites issues des festivals de cinéma. Heureusement, il y en a quand même eu quelques-unes cette année, ainsi que des blockbusters qui ont tenu leur rang, mais insuffisamment pour nous redonner la flamme de l’écriture.

Espérons que l’année 2017 sera plus excitante.
Elle devrait bien commencer avec la sortie du nouveau film de Juan Antonio Bayona, Quelques minutes après minuit, Neruda de Pablo Larrain, La Communauté de Thomas Vinterberg et surtout le sublime La La Land, de Damien Chazelle qui devrait logiquement glaner quelques statuettes lors des prochains Oscars à Hollywood. Si le reste de l’année est du même acabit, on signe tout de suite…

Au cours des douze mois à venir, on attend les nouvelles oeuvres de Martin Scorsese, Harmony Korine, Kiyoshi Kurosawa, James Gray, Bong Joon-ho, Alexander Payne, Ridley Scott, Christopher Nolan, Michael Haneke, Denis Villeneuve, Woody Allen, Aki Kaurismaki, Lynne Ramsey et de dizaines d’auteurs reconnus. Question blockbusters et super-héros, nous sommes curieux de découvrir Logan de James Mangold et le huitième épisode de Star Wars, Spiderman : homecoming (ça, c’est surtout pour PaKa…).

Rassurez-vous, nous n’avons pas perdu le feu sacré, ni notre passion pour le cinéma. Nous allons essayer de reprendre le rythme, doucement, comme on essaie de retrouver la forme après les fêtes de fin d’année…
Il y aura peut être quelques rechutes et baisses de forme. On ne promet rien, sinon de continuer à défendre, sous une forme ou une autre, notre conception de l’art cinématographique.

Quoi qu’il en soit, on vous souhaite une très belle année cinématographique 2017, et une très belle année tout court.
Qu’elle vous soit douce et bénéfique, riche en moments de joie, en petits et grand bonheurs et avare en peines et en problèmes. Qu’elle voie tous vos projets se concrétiser et vous garde en bonne santé.
Prenez du bon temps avec vos amis, votre famille. Profitez de la vie au maximum, elle et bien trop courte.

Excellente année 2017 à toutes et tous.

La rédaction d’Angle[s] de vue.

voeux 2017

SHARE
Previous article“L’Odyssée” de Jérôme Salle
Next article“Nocturnal animals” de Tom Ford
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY