Touch me not - sl

Ours d’Or : Touch me not
d’Adina Pintilié (Roumanie)
Ours d’Argent – Grand Prix du jury : Twarz
de Malgorzata Szumowska (Pologne)
Ours d’Argent – Meilleur Réalisateur : Wes Anderson pour
Isle of dogs (Etats-Unis)
Ours d’Argent – Meilleure Actrice : Ana Brun pour
Las Herederas (Paraguay)
Ours d’Argent – Meilleur Acteur : Anthony Bajon pour
La Prière (France)
Ours d’Argent – Prix Alfred Bauer : Las Herederas
de Marcelo Martinessi (Paraguay)
Ours d’Argent – Meilleur Scénario : Manuel Alcala et Alonso Ruizpalacios pour
Museo (Mexique)
Ours d’Argent – Contribution artistique : Elena Okopnaya pour la direction artistique de
Dovlatov (Russie)
Prix GWFF du Meilleur Premier Film : Touch me not
d’Adina Pintilié (Roumanie)
Mention Prix GWFF : An elephant sitting still
de Hu Bo (Chine)
Prix Glashütte du Meilleur documentaire : The Waldheim waltz
de Ruth Beckermann (Allemagne)
Mention Prix Glashütte : Ex shaman
de Luiz Bolognesi (Brésil)
Ours d’Or du court-métrage : The men behind the wall
d’Ines Moldavsky
Ours d’Argent – Prix du Jury Court-Métrage : Imfura
de Samuel Ishimwe
Prx Audi Short Film Award : Solar Walk
de Réka Buczi
SHARE
Previous article[Berlinale 2018] “Touch me not” d’Adina Pintilié
Next article[Berlinale 2018] “Twarz” de Malgorzata Szumowska
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY