Have a nice day - 2Tout commence avec le vol d’un sac contenant un million de yuans. Xiao Huang, un jeune homme employé comme chauffeur à la solde d’Oncle Liu, un truand local, n’hésite pas à trahir son patron. Avec ce magot, il compte partir en Corée du Sud pour offrir à sa petite-amie l’opération de chirurgie esthétique qu’elle réclame. Ce n’est pas très malin, car Oncle Liu pourrait être tenté de lui refaire lui même le portrait  à coups de hachoir, histoire de lui faire payer ce crime de lèse-majesté.
D’ailleurs, quand on fait sa connaissance, il est en train de se livrer à une sorte de création artistique à dominante écarlate. Son meilleur ami, un artiste peintre reconnu, a commis l’erreur de coucher avec son épouse, et Liu est en train de resculpter ses relations avec lui au moment où il apprend le vol de l’argent. Décidément, sa journée commence mal…
Il charge son meilleur homme de main, Skinny, un hitman mutique et stoïque, dans la grande tradition de Takeshi Kitano ou de Chow Yun-fat, de s’occuper de l’affaire.
La mission ne serait qu’une pure formalité si d’autres personnes ne s’étaient elles aussi mis en tête de s’intéresser au grisbi et si une succession d’accidents et d’incidents ne venaient perturber la quête des personnages…

Férocement drôle, drôlement féroce, et parfaitement rythmé, selon un chapitrage atypique, qui s’intéresse successivement aux différents personnages, Have a nice day évoque beaucoup le cinéma  de Quentin Tarantino – on recense d’ailleurs, tout au long du film, plusieurs allusions à Pulp fiction et Jackie Brown. Mais le film n’est pas qu’un hommage ou un exercice de style sous influence. Comme dans Piercing 1, son précédent long-métrage, Liu Jian se sert de son récit pour dresser le portrait – pas très glamour – de la  Chine d’aujourd’hui, ballotée entre traditions et modernité, communisme et capitalisme. Une société corrompue par l’argent où tout est sujet à spéculation, y compris l’art, ou tout se négocie, se marchande, où même l’amitié et les relations familiales se bradent pour quelques billets et l’espoir d’une vie meilleure, autre part….

Bref, c’est un jeu de massacre assez jubilatoire qui s’esquisse sous les dessins de Liu Jian. L’animation est certes assez rudimentaire, surtout pour ceux qui ont l’habitude des films Disney/ Pixar ou des studios Ghibli, mais l’environnement graphique est fascinant, avec ses plans larges qui restituent au mieux l’ambiance dans laquelle évoluent les personnages et ses nombreux petits détails, clins d’oeil aux oeuvres qui ont profondément marqué le cinéaste. On souhaite au jeune cinéaste chinois de connaître le même succès que les films qu’il cite, avec à la clé, pourquoi pas un prix lors du palmarès de ce cru 2017.

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous article[Berlinale 2017] “On the beach at night alone” de Hong Sang-soo
Next article[Berlinale 2017] “Ana, mon amour” de Calin Peter Netzer
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY