120 bpm - 8

Meilleur Film : 120 Battements par minute
de Robin Campillo
César de la Meilleure Actrice : Jeanne Balibar
pour Barbara
César du Meilleur Réalisateur : Albert Dupontel
pour Au revoir là-haut
César du Meilleur Acteur : Swann Arlaud
pour Petit Paysan
César du Meilleur Documentaire : I am not your negro
de Raoul Peck
César du Meilleur Second Rôle Féminin : Sara Giraudeau
pour Petit Paysan
César du Meilleur Film Etranger : Faute d’amour
d’Andreï Zviaguintsev
César de la Meilleure Adaptation : Albert Dupontel et Pierre Lemaitre
pour Au revoir là-haut
César du Meilleur Second Rôle Masculin : Antoine Reinartz
dans 120 battements par minute
César du Meilleur Premier Film : Petit Paysan
de Hubert Charuel
César d’Honneur : Penelope Cruz
Meilleur Long-Métrage d’animation : Le Grand méchant Renard et autres contes
de Benjamin Renner et Patrick Imbert
Meilleur Court-Métrage d’animation : Pépé le Morse
de Lucrèce Andreae
Meilleurs Costumes : Mimi Lempicka
pour Au revoir là-haut
César du Public : Raid dingue
de Dany Boon
Meilleur Scénario Original : Robin Campillo
pour 120 Battements par minute
Meilleure Musique Originale : Arnaud Rebotini
pour 120 Battements par minute
Meilleur Court-Métrage : Alice Vidal
pour Les Bigorneaux
Meilleur Montage : Robin Campillo
pour 120 Battements par minute
Meilleurs Décors : Pierre Quefféléan
pour Au revoir là-haut
Meilleur Espoir Féminin : Camélia Jordana
pour Le Brio
Meilleur Son : Olivier Mauvezin, Nicolas Moreau
et Stéphane Thiébault
pour Barbara
Meilleure Photo : Vincent Mathias
pour Au revoir là-haut
Meilleur Espoir Masculin : Nahuel Perez Biscayart
pour 120 Battements par minutes
SHARE
Previous article[Berlinale 2018] “La enfermedad del domingo” de Ramon Salazar
Next article90ème Cérémonie des Oscars
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY