Pour commencer, un billet épicé parlant de Paprika

Le film de Satoshi Kon, est passé complètement inaperçu sur les écrans fin 2006.

Il faut dire que sortir ce manga japonais assez atypique, et pas franchement pour enfants, à la même période que d’autres films d’animation plus grand public comme Happy Feet ou Arthur et les minimoys, n’était pas une idée marketing de génie…

Pourtant, ce film, et l’œuvre entière de Satoshi Kon méritent d’être découverts, tant l’univers du réalisateur est riche, visuellement et thématiquement.

Perfect Blue, Millenium actress et Paprika, sont trois œuvres indépendantes, mais forment une sorte de trilogie axée sur les rapports entre la réalité et la fiction, et sur la création artistique.

Perfect Blue est un thriller efficace, dans lequel une chanteuse très populaire abandonne son girls band pour s’essayer à une carrière d’actrice. Ses débuts, dans un rôle très modeste, sont laborieux. Elle se met à déprimer, et semble sombrer dans la paranoia et la schizophrénie, au fur et à mesure que des meurtres sont commis dans son entourage, inspirés par ceux, fictifs, de la série policière dans laquelle elle joue.

Le scénario multiplie les fausses pistes, les rebondissements à un rythme haletant, digne des meilleurs thrillers. La réalisation fait référence aux œuvres d’Alfred Hitchcock, mais aussi aux gialli tournés par Dario Argento dans les années 70, pour le côté visuel un peu baroque.

Kon plonge le spectateur dans un gigantesque labyrinthe où se mêlent fantasmes, fiction et réalité. Un univers d’une grande richesse visuelle et thématique.

Le réalisateur aborde le thème de la création artistique en s’interrogeant sur la dualité et le côté schizophrène de l’acteur, et sur le rapport à la célébrité.

Les mêmes thèmes sont abordés, dans un registre très différent, dans Millenium actress.

Alors que des studios de cinéma sont en train d’être démolis, un journaliste et son caméraman interviewent une ancienne star, et la forcent à plonger dans ses souvenirs. Là encore, tout se mélange et s’affronte. Passé et présent. Fiction et réalité.

Plusieurs niveaux de lecture sont possibles pour ce film C’est quasiment impossible à raconter, tant c’est riche et subtil.

Paprika, enfin, utilise une trame de science-fiction pour mélanger rêve et réalité.

Une équipe de scientifique met au point une machine permettant d’intervenir dans les rêves des patients. Mais cette machine est dérobée et les rêves commencent par empiéter dangereusement sur la réalité. Paprika, alter-ego virtuel d’une des scientifiques, mène son enquête dans le domaine du rêve, et essaie de stopper le terroriste qui a volé son invention.

Le scénario est assez complexe, et risque de dérouter beaucoup de spectateurs, mais il sert surtout de prétexte à une débauche de créativité visuelle, que le réalisateur orchestre magnifiquement en utilisant son art de la transition.

Ces trois dessins animés, au dessin classique et à l’animation assez rudimentaire, constituent néanmoins des œuvres très complexes, très matures, et mettent en avant les très grandes qualités de réalisateur de Satoshi Kon.

Je conseille très vivement ces films, qui n’ont pas connu en France le succès qu’ils méritaient.

Croyez-moi sur parole, les films à la Kon, c’est très bien…

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Paprika

Paprika
Paprika

Réalisateur : Satoshi Kon
Avec : –
Origine : Japon
Genre : Animation, Fantastique
Durée : 1h30
Date de sortie France : 06/12/2006

Note pour ce film :

contrepoint critique chez : –

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

perfect blue Perfect blue
Perfect blue

 

Réalisateur : Satoshi Kon
Avec : –
Origine : Japon
Genre : Animation, Thriller
Durée : 1h21
Date de sortie France : 09/09/1999

Note pour ce film :

contrepoint critique chez : –

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Millenium actress Millenium actress
Sennen joyû

 

Réalisateur : Satoshi Kon
Avec : –
Origine : Japon
Genre : Animation, Comédie dramatique
Durée : 1h27
Date de sortie France : –

Note pour ce film :

contrepoint critique chez : –

SHARE
Next article(Presque) même pas peur !
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY