Puisque nous avons convenu, PaKa et moi, d’écrire à quatre mains la critique de “L’illusionniste”, il faut que chacun d’entre nous ait vu le film, et il vous faudra patienter un peu avant de lire notre prose (inspirée).

Mais surtout, n’attendez pas notre avis pour aller le découvrir en salle.
Il s’agit en effet d’un film formidable, d’une beauté, d’une poésie et d’une subtilité de plus en plus rares sur les écrans.

C’est mon coup de coeur personnel de la semaine, du mois, de l’année (ou presque…) et j’espère fortement que sa sortie en catimini, éclipsée par les jeux de baballe de vingt-deux chèvres en short et les débats stériles sur les nuisances sonores des vuvuzelas, ne nuira pas au succès de ce qui est, à mon avis – et en attendant celui de mon confrère PaKa – un petit bijou de cinéma d’animation, voire de cinéma tout court. N’ayons pas peur des mots : un chef d’oeuvre…

camera coeurl'illusionniste

SHARE
Previous article-M- fait son cinéma
Next article“Air Doll” d’Hirokazu Kore-Eda
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

1 COMMENT

LEAVE A REPLY