Jusqualagarde-8

Meilleur Film :

Jusqu’à la garde
de Xavier Legrand

Meilleur Réalisateur :

Jacques Audiard
pour Les Frères Sisters

Meilleure Actrice :

Léa Drucker
pour Jusqu’à la garde

Meilleur Acteur :

Alex Lutz
pour Guy

Meilleure Actrice dans un second rôle :

Karin Viard
pour Les Chatouilles

Meilleur Acteur dans un second rôle :

Philippe Katerine
pour Le Grand bain

Meilleur Espoir Féminin :

Kenza Fortas
pour Shéhérazade

Meilleur Espoir Masculin :

Dylan Robert
pour Shéhérazade

Meilleur Scénario original :

Xavier Legrand
pour Jusqu’à la garde

Meilleure Adaptation :

Andréa Bescond & Eric Métayer
pour Les Chatouilles

Meilleur Premier film :

Shéhérazade
de Jean-Bernard Marlin

Meilleur Film étranger :

Une affaire de famille
de Hirokazu Kore-Eda

Meilleur Film d’Animation :

Dilili à Paris
de Michel Ocelot

Meilleur Documentaire :

Ni juge, ni soumise
de Jean Libon et Yves Hinant

Meilleur Court-métrage :

Les Petites mains
de Rémi Allier

Meilleur Court-métrage d’Animation :

Vilaine Fille
d’Ayce Kartal

Meilleur Montage :

Yorgos Lamprinos
pour Jusqu’à la garde

Meilleure Photographie :

Benoît Debie
pour Les Frères Sisters

Meilleurs Costumes :

Jean-Pierre Larroque
pour Mademoiselle de Joncquières

Meilleurs Décors :

Michel Barthélémy
pour Les Frères Sisters

Meilleur Son :

Brigitte Taillandier, Valérie de Loof et Cyril Holtz
pour Les Frères Sisters

Meilleure Musique originale :

Vincent Blanchard & Romain Greffe
pour Guy

César du Public :

Les Tuche 3
d’Olivier Baroux

César d’honneur :

Robert Redford

SHARE
Previous article[Venise 2018] Palmarès de la Sélection Officielle et principaux prix annexes
Next article[Oscars 2019] Le Palmarès de la 91ème Cérémonie des Oscars
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY