Compétition Officielle

Uncle Boonmee

Palme d’Or : Oncle Boonmee, qui se souvient de ses vies antérieures d’Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande)

Grand Prix du jury : Des hommes et des Dieux
de Xavier Beauvois (France)
Prix du Jury : Un homme qui crie
de Mahamat Saleh Haroun (Tchad)
Prix
de la mise en scène :
Mathieu Amalric
pour Tournée (France)
Prix d’interprétation
féminine :
Juliette Binoche
pour Copie conforme d’Abbas Kiarostami (Iran)
Prix d’interprétation
masculine (ex-aequo) :
Javier Bardem
pour Biutiful d’Alejandro Gonzales Iñarritu (Mexique)
Elio Germano
pour La Nostra vita de Daniele Luchetti (Italie)
Prix du scénario : Lee Chang-dong
pour Poetry de Lee Chang-dong (Corée du Sud)
Caméra d’Or : Année bissextile
de Michael Rowe (Mexique)
Grand Prix
du court-métrage :
Chienne d’histoire
de Serge Avedikian (France)

Prix du Jury
du court-métrage :
Micky Bader
de Frida Kempf (Suède)


des hommes et des dieux - 2

Cinéfondation

1er prix : Taulukauppiatt
de Juho Kuosmanen (Finlande)
2ème prix : Coucou les nuages
de Vincent Cardona (France)
3ème prix : Hinkerort zorasune
de Vatche Boulghourjian (Liban)
Ja vec jesam sve ono to elim da imam
de Dane Komljen (Serbie)

Un Certain Regard

ha ha ha - 2

Grand Prix
Fondation Gan :
Ha ha ha
de Hong sang-soo (Corée du Sud)
Prix du Jury : Octobre
de Daniel et Diego Vega (Pérou)
Prix spécial
d’interprétation :
Adela Sanchez, Eva Biaco & Victoria Raposo
pour Los Labios de Ivan Fund & Santiago Loza

Quinzaine des Réalisateurs

Art award Cinema : Pieds nus sur les limaces
de Fabienne Berthaud (France)
Prix SACD : Illégal
d’Olivier Masset-Depasse (Belgique)

Label Europa Cinémas :

Le Quattro volte
de Michelangelo Frammartino (Italie)
Prix SFR du
court-métrage :
Cautare
de Ionut Piturescu (Roumanie) &
Mary last seen
de Sean Durkin (Etats-Unis)
Carrosse d’or : Agnès Varda

Semaine de la Critique

Armadillo -® Lars Skree (1)

Grand Prix : Armadillo
de Janus Metz (Danemark)
Prix SACD : Bi, dung so!
de Phan Dang Di (Vietnam)
Prix soutien
ACID/CCAS :
Bi, dung so!
de Phan Dang Di (Vietnam)
Prix OFAJ de la
toute jeune critique :
Sound of noise
d’Ola Simmonsson & Stjärne Nilsson (Suède)
Grand Prix Canal +
du court-métrage :
Berik
de Daniel Joseph Borgman (Danemark)

Prix découverte
Kodak du
court-métrage :

Deeper than yesterday
d’Ariel Kleiman (Australie)

Autres prix

Copie Conforme - 2

Prix du
jury oecuménique :
Des hommes et des dieux
de Xavier Beauvois (France)
Prix de
l’Education Nationale :
Des hommes et des dieux
de Xavier Beauvois (France)
Prix de la jeunesse : Copie conforme
d’Abbas Kiarostami (Iran)
Prix Regards Jeunes : Les amours imaginaires
de Xavier Dolan (Canada)
prix Ecrans Juniors : Kisses
de Lance Daly (Irlande)
   
prix FIPRESCI  
sélection officielle : Tournée
de Mathieu Amalric (France)
Un Certain Regard : Adrienn Pal
de Agnes Kocsis (Hongrie)
Sections parallèles : Vous êtes tous des capitaines
de Oliver Laxe (Espagne)
   
Prix France Culture : Ronit Elkabetz
Prix François Chalais : Life above all (le secret de Chanda)
d’Oliver Schmitz (Afrique du Sud)
   
Grand Prix Unifrance
du court-métrage :
French Courvoisier
de Valérie Mréjen (France)
Prix spécial
Unifrance RTP2 :
8 et des poussières 
de Laurent Teyssier (France)
Prix spécial
Unifrance  SBS
L’homme qui dort
de Inès Sedan (France)
Prix Audi Talents Awards : La fille de l’homme
de Manuel Schapira (France)
Haiku
collectif (France)
Pixels
de Patrick Jean (France)
Trophée Choppard : Liya Kebede
Edward Hogg
Queer Palm : Kaboom  de Gregg Araki (Etats-Unis)
Palme Dog : Vuk pour
Le Quattro volte de Michelangelo Frammartino (Italie)
Prix du
talent européen 2010 :
Pawel Pawlikowski pour son projet Sister of mercy

cannes

SHARE
Previous articleCannes 2010, Jour 12 : Un arbre, des arbres, une palme…
Next articleCannes 2010 : Bilan & Notes de la rédaction
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY