petitsamedi_03

Bayard d’Or du Meilleur Film : Petit samedi 
de Paloma Sermon-Daï
Bayard spécial du Jury : Josep
d’Aurel
Bayard du Meilleur Scénario : Antoaneta Opris & Alexander Nanau pour Collective

Bayard de la Meilleure Photographie : Yann Maritaud pour
Slalom

Bayard de la Meilleure Interprétation :  Virginie Efira pour
Adieu les cons

Prix Agnès : Petit samedi
de Paloma Sermon-Daï
Mentions spéciales : La Nuit des rois  de Philippe Lacôte
Si le vent tombe de Nora Martirosyan
Prix Be TV : Un triomphe
d’Emmanuel Courol
Prix du Public Long métrage fiction : Adieu les cons
d’Albert Dupontel
Prix du Public Documentaire : China dream
de Hugo Brilmaker & Thomas Licata
Bayard du Meilleur court métrage : Maalbeek
d’Ismaël Joffroy Chandoutis
Prix du Jury Coup de cœur international : Clebs
d’Halima Ouardiri
Prix du Jury Coup de cœur belge : La disparition de Tom R.
de Paul Sirague
Prix de la mise en scène : Saïd Hamich pour
Le Départ

Prix de la Meilleure photographie : Marine Altan pour
Le Départ

Prix de de la Meilleure interprétation : Christine Beaulieu pour
Un jour de fête
Mentions spéciales : On n’est pas près d’être des super-héros
de Lia Bertels
I am afraid to forget your face
de Sameh Alaa
Prix Arte : Novembre 
de Camille De Leu
Prix BeTV : On my way 
de Sonam Larcin
Prix Dérives : Nuit debout
de Nelson Makengo
Prix Marion-Hänsel : Clebs
d’Halima Ouardiri
Prix du Public Court métrage : Autour d’eux, la nuit
de Vassili Schémann
Prix RTBF-La Trois : Juillet 96
de Michèle Jacob
Prix de l’Université de Namur : Novembre 
de Camille De Leu
SHARE
Previous article[Namur 2020]”Miss” de Ruben Alves
Next article[Namur 2020] “Une vie démente” d’Ann Sirot et Clément Balboni
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY