___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

2ème Festival Un état du monde… et du cinéma – Paris (1er)
   – du 29 janvier au 07 février 2010 –
   Un état du monde 2010
Avec la réouverture du Forum des Images est né ce festival faisant la part belle au cinéma d’art et d’essai et aux oeuvres interrogeant sur le monde qui nous entoure. Pour la seconde édition, la manifestation aborde trois thèmes majeurs : les mutations de la société sud-coréenne, la tourmente qui secoue l’Iran depuis la dernière élection présidentielle controversée, et le retour en force des religions un peu partout dans le monde…

Le festival s’ouvrira avec le nouveau film de Claire Denis, White material, qu’elle a coécrit avec l’écrivaine Marie N’Diaye, puis accueillera plusieurs cinéastes de renom.
Parmi eux, le cinéaste russe Nikita Mikhalkov, qui présentera son film 12, la réalisatrice iranienne Hana Makhmalbaf et son très beau Cahier, le coréen Jeon Soo-Il et son nouveau film, Himalaya, ou l’algérien Merzak Allouache, qui viendra défendre Harragas, son nouveau long-métrage.
Et aussi, en parrain de la manifestation, le cinéaste haïtien Raoul Peck, à qui une rétrospective sera consacrée. Vu le drame qui vient de frapper l’île d’Haïti, la rencontre, si elle a lieu, s’annonce chargée en émotion…
A noter aussi, entre autres pépites disséminées dans la programmation, les avant-premières de The Messenger, grand prix du dernier festival du film américain de Deauville et Lola, le nouveau Brillante Mendoza, précédé d’une flatteuse réputation…

Renseignement et programmes : Forum des Images

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

10ème Festival Est-ce ainsi que les hommes vivent? –  Saint-Denis (93)
   – du 2 au 9 février 2010 – Thème cette année : Voir l’invisible 

est-ce ainsi 2010 Cruel hasard de la programmation, ce festival dyonisien tombe exactement en même temps que le festival du forum des images, et partage avec lui le thème de la place de la religion dans nos sociétés modernes.
Comme d’habitude, le programme mêle subtilement films récents et anciens, classiques et oeuvres rares, pour le plus grand plaisir d’un public cinéphile exigeant.
Le Théorème de Pasolini en copie neuve pour l’ouverture, puis des films de Satyajit Ray, d’Alain Cavalier, de Carl Theodor Dreyer, de John  Huston : c’est une pluie de classiques qui va s’abattre sur le cinéma L’écran…
Bruno Dumont le réalisateur d’Hadjewich bénéficiera d’une carte blanche où il présentera notamment Ordet de Dreyer et Lumière silencieuse de Carlos Reygadas, oeuvres très proches l’une de l’autre. Tout comme Raphael Nadjari, qui viendra présenter le Pickpocket de Bresson.
Plus un hommage à Werner Herzog avec une belle rétrospective de ses films.
Plus une rencontre avec Vincent Dieutre, une autre avec Valérie Mréjen, deux artistes multi-facettes.
Plus une rencontre avec Sion Sono, le réalisateur du très bizarre Suicide Club.
Ou encore une nuit “Sans Dieu ni maître” avec des pépites comme Les Diables de Ken Russell, Le couvent de la bête sacré ou Mais délivrez-nous du mal
Bref, que du très bon pour ce festival fondé par le regretté Armand Badéyan, qui fête aujourd’hui ses dix ans.

Renseignement et programmes : Voir l’invisible
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

SHARE
Previous article“A serious man” d’Ethan et Joel Coen
Next article“Ne change rien” de Pedro Costa
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY