copyright : Les Films du Bal - Cinekap - FraKas - Arte France Cinéma- Canal Plus internationalAtlantique, c’est un gratte-ciel au look futuriste, censé être l’un des piliers d’un important projet d’urbanisme dans la banlieue de Dakar, au Sénégal. La construction a commencé depuis plusieurs années, offrant du travail à des dizaines d’ouvriers. Mais depuis trois mois, ces derniers ne sont plus du tout payés. Comme leur employeur, un important businessman local, reste introuvable, sourd à leurs revendications, ils décident de sur le champ de quitter le chantier. Leur orgueil est sauf, mais ils ont malgré tout besoin d’argent pour payer leurs loyers ou entretenir leurs familles. Alors, Souleiman (Traore) et quelques camarades décident de tenter leur chance en Europe, où les travailleurs du bâtiment peuvent facilement trouver des missions, avec des rémunérations plus élevées. Le soir même, ils partent en pirogue pour remonter la côte Atlantique et, du Maroc, traverser la Mer Méditerranée, pour accoster en Espagne.
Mais quelques jours plus tard, on retrouve leur pirogue, inoccupée et renversée.

Pour la jeune Ada (Mame Bineta Sane), cette annonce est un déchirement. Elle venait tout juste de trouver le grand amour avec Suleiman et était prête à remettre en question le mariage que sa famille a arrangé pour elle avec Omar (Babacar Sylla), un jeune homme fortuné, capable de lui garantir un cadre de vie agréable et un certain confort matériel, mais pour qui elle n’éprouve aucun sentiment. Avec cette disparition tragique, plus rien ne peut empêcher son union avec Omar. Sous la pression de sa famille et de ses amies, Ada finit par céder, résignée à accepter son destin.
Mais à partir de la nuit de noces, des évènements étranges se produisent. Un incendie se déclare dans le lit des mariés, heureusement sans conséquences. Ada et ses amies semblent en proie à un mal mystérieux, qui les pousse à agir de façon déraisonnable. Et plusieurs témoins affirment avoir vu Souleiman dans les environs. Est-ce bien lui, de retour pour chercher la femme de sa vie, ou bien n’est-ce que son fantôme, décidé à tourmenter ceux qui l’ont conduit à sa perte?

Ce qui séduit le plus, dans Atlantique, c’est la faculté de la cinéaste, Mati Diop, à combiner différents récits en un tout cohérent et subtil. Le film est à la fois une belle histoire d’amour impossible, un instantané de la jeunesse dakaroise, avec ses frustrations  et ses aspiration et un récit social universel opposant les classes ouvrières, exploitées et spoliées, à leurs patrons cupides. C’est aussi un drame de l’émigration vu, non pas par un migrant – comme dans Atlantiques, le court-métrage réalisé par la cinéaste en 2010 – mais par celles qui les pleurent, de l’autre côté de la Méditerranée, montrant les dommages collatéraux de ces exils forcés. C’est enfin et surtout une fable fantastique réussie, plus poétique qu’inquiétante, et le portrait intimiste d’une jeune femme essayant de prendre son indépendance et s’affranchir du carcan des traditions. Tous ces fils narratifs sont finement entrelacés, formant un récit en apparence très simple, très épuré, qui continue de creuser son sillon bien après la projection du film.

L’autre point remarquable, c’est que Mati Diop s’affranchit des codes et des clichés habituellement associés au cinéma africain. Pas d’ambiance diurne et ensoleillée, mais des scènes essentiellement nocturnes. Pas de plans larges montrant les grands espaces africains, mais des gros plans sur les visages des personnages, pour mieux capter leurs rêves et leur détresse. Pas de vision misérabiliste de la vie en Afrique, mais, au contraire, la description d’un monde où il est tout à fait possible de construire sa vie, à condition de retrouver une certaine justice sociale. Pas de jeu d’acteur approximatif ou de surjeu, comme dans les rares productions africaines qui arrivent jusqu’à nos écrans européens, mais des performances d’acteurs humbles et intenses…
Sans doute est-ce dû aux origines de la cinéaste, qui est née en France et y a grandi, qui y a fait carrière en tant qu’actrice, notamment aux côtés de Claire Denis (l’excellent 35 rhums, baigné lui aussi dans une ambiance à dominante nocturne), Sebastien Betbeder ou Thierry De Peretti, mais a toujours éprouvé un attrait fort pour la terre de ses ancêtres, le Sénégal, et le travail de son oncle, le grand cinéaste Djibril Diop Mambéty. Le résultat, en tout cas, constitue une très belle surprise.

On pourrait juste déplorer un léger essoufflement du récit une fois que les tenants et aboutissants de l’intrigue fantastique ont été dévoilés et quelques scènes peut-être un peu trop longues ou redondantes. Mais globalement, Atlantique est un film réussi, et tout à fait à sa place dans l’écrin que constitue la Compétition Officielle cannoise. On souhaite à Mati Diop la même réussite qu’un de ses cinéastes de chevet, Apichatpong Weerasethakul, qui, avec une autre fable fantastique, Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, avait remporté la Palme d’Or.

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous article[Cannes 2019] “Bacurau” de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles
Next article[Cannes 2019] Jour 3 : Le paradoxe cannois
Avatar
Rédacteur en chef de Angle[s] de vue, Boustoune est un cinéphile passionné qui fréquente assidument les salles obscures et les festivals depuis plus de vingt ans (rhôô, le vieux...) Il aime tous les genres cinématographiques, mais il a un faible pour le cinéma alternatif, riche et complexe. Autant dire que les oeuvres de David Lynch ou de Peter Greenaway le mettent littéralement en transe, ce qui le fait passer pour un doux dingue vaguement masochiste auprès des gens dit « normaux »… Ah, et il possède aussi un humour assez particulier, ironique et porté sur, aux choix, le calembour foireux ou le bon mot de génie…

LEAVE A REPLY